Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aperto libro
  • : Mes lectures, mes relectures, au fil des jours, au fil du temps, pour le travail (un peu) et le plaisir (passionnément)...
  • Contact

Bienvenue

Bonjour et bienvenue sur mon blog !

Vous trouverez ici les notes de mes lectures,
des réflexions et des citations.
Vos avis sont bien sûr les bienvenus.
Au plaisir de vous lire...

***


" Mes livres ne sont pas des livres,
mais des feuilles détachées et tombées presque au hasard
sur la route de ma vie. "

François-René de Chateaubriand



 

Recherche

1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 10:57

 

 

 

« On ne s’attendrait pas à ce que la radio

continue de jouer, après. Pourtant c’est le cas. »

Gayle Forman

 

 

 

 

Voici les billets de cette trente-quatrième session :

 

- Steph : Et après... de Guillaume Musso

- Riz-Deux-ZzZ : Et après... de Guillaume Musso

- Marion : Après l'équateur de Baptiste Fillon 

- JuNa62 : Et après... de Guillaume Musso

- Mariejuliet : Quelques minutes après minuit de Patrick Ness et Siobhan Dowd 

- Nanajoa : Karine après la vie présenté par Didier Van Cauwelaert 

- Newmoon : After, T1 d'Anna Todd

-

-

-

-

-

 

 

 

 

Published by calypso
commenter cet article
31 août 2015 1 31 /08 /août /2015 10:47

 

 

Chers challengers,

 

 

Le mois d’août s’achève et le moment est venu d’annoncer le mot qui nous accompagnera jusqu’à mi-octobre...

 

J’ai reçu cette fois-ci sept mots... et celui qui s’est démarqué lors du tirage au sort est...

 

 

 

FLEUR

 

 

 

Félicitations Odwy !

 

Si ce mot vous tente, rejoignez-nous ! La consigne est simple : vous avez un mois et demi pour lire un livre dont le titre comprendra le mot « fleur ». Nous publierons nos billets le 15 octobre. Le prochain mot sera annoncé le 14 octobre.

 

Je prends d’ores et déjà les propositions pour la prochaine session !

 

 

 

 

 

 

 

Liste des participants pour la trente-cinquième session :

 

- Steph

- Sharon

- Fred

- Angelebb

- Newmoon

- XL

- Parlonslittérature

- Marion

- Joanna

- Calypso

 

 

Published by calypso
commenter cet article
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 21:35

 

 

Lola est en colère. Contre ses parents qui se disputent sans cesse, contre les profs, contre ses amis, contre tous. Alors Lola fait la dure, cogne, et finalement met les voiles. Dans sa fuite, elle trouve refuge par hasard auprès de Simone. Chez la vieille dame, le temps s’est arrêté. Ces deux solitudes vont peu à peu s’apprivoiser et découvrir cette douceur qui ne nous tue pas mais nous rend plus fort.

 

Je découvre avec ce titre l’univers d’Antoine Dole dont j’ai pu lire beaucoup de bien sur la blogosphère. Lola est une adolescente qui est amenée à rencontrer une vieille dame à la mémoire défaillante. Dans le petit appartement sale et désordonné de cette dernière, la jeune héroïne va apprendre la compassion et la patience et redécouvrir la tendresse. La vieillesse, la solitude, l’adolescence et le mal être font partie des thèmes abordés par ce roman qui, au fur et à mesure des pages, lève le voile sur les événements qui ont poussé Lola jusqu’à l’appartement de la vieille dame. Si j’ai trouvé l’ensemble très bien écrit, j’ai tout de même l’impression que certains passages sont un peu survolés. Cela étant dit, ce roman se lit très facilement et rapidement, et je n’hésiterai pas à le conseiller au public qui en est la cible.

 

 

L’œuvre en quelques mots...

 

« Je me tais, gère les mots au compte-goutte. En moi les silences ont élaboré leur propre phonétiques, mon mutisme a donné lieu à une grammaire nouvelle, faite d’espace et de vacuité, une orthographe stérile. Je prononce des vides, j’articule des blancs. et mes échanges avec les autres se construisent comme ça, entre les lignes que je ne dis pas. A force de me taire j’en ai pris l’habitude. »

 

« Elle songe à cette solitude qui ne pèse plus bien lourd quand on la porte à deux. »

 

« Elle découvre qu’avec de l’amour, c’est possible de déformer les chemins tout tracés ; avec l’envie, avec le cœur. Que tant qu’on aime on n’est pas seul, malgré les distances, les manques et les formes que tout cela prend. »

 

 

 

 

22 juillet 2015 3 22 /07 /juillet /2015 13:42

 

 

 

Comment vivre après un accident, comment aimer, désirer, se reconstruire, accepter la lente métamorphose des émotions et du quotidien ? David, tombé du haut d’un échafaudage sur le chantier où il travaille à Montréal, est dans le coma. Sa femme et son fils de six ans essaient au fil des jours de communiquer avec lui, d’apprivoiser la douleur et l’absence et d’apprendre à vivre autrement.

 

Il suffit d’un instant pour qu’une vie bascule. Celle de David a basculé en une fraction de seconde, sur un chantier. Tombé d’un échafaudage, il se retrouve plongé dans le coma et il reçoit, à l’hôpital, les visites régulières de son épouse, Caroline, et de son fils, Bertrand. Mais comment échanger avec cet époux qui ne peut pas répondre ? Comment rassurer ce père et lui dire à quel point on tient à lui ? Au fil des pages, les personnages tentent d’accepter la situation, aussi difficile soit-elle, et continuent d’avancer dans un quotidien désormais incomplet. La bonne idée de ce roman, qui ne souffre d’aucun excès de pathos, c’est d’offrir au personnage de David la possibilité de s’exprimer. En effet, le lecteur découvre quelques-unes de ses pensées tout au long du récit. Mais, si l’idée est intéressante, je n’ai pas du tout réussi à adhérer à ces immersions dans les pensées du personnage. Je ne les ai pas comprises, je les ai trouvées trop confuses. De fait, l’ensemble du roman m’a semblé relativement long, c’est pourquoi j’ai apprécié le moment où Caroline commence véritablement à se reconstruire, alors même que j’aurais trouvé cela un peu prématuré dans la réalité. C’est une lecture qui n’est pas indispensable, je pense que l’on peut trouver mieux sur le thème du coma et du deuil.

 

 

L'œuvre en quelques mots...

 

« Caroline.

Elle dessine une carte céleste, peut-être

une nouvelle constellation.

Sa main hésite et m’enveloppe, sa main est émue.

Elle détache un morceau de ciel de son dessin

et le roule pour me l’offrir.

Au bout il y a une flamme.

Elle me dit qu’elle veut vivre. Je réponds moi aussi. »

 

15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 17:19

 

 

 

« Nous sommes un mystère à nous-mêmes. »

Jean-Baptiste Massillon

 

 

 

 

Voici les billets de cette trente-troisième session :

 

- Adalana : L'Eté devant nous de Jenny Han

- Joëlle : Ne nous frappons pas d'Alphonse Allais

- Marion : Nous étions le sel de la mer de Roxanne Bouchard

- DF : Nous voilà de Jean-Marie Laclavetine

- Philippe D : Nous allions vers les beaux jours de Patrick Cauvin

- Fred : Nous de Yevgeny Zamyatin

- Angelebb : Quand nous étions heureux de Rebecca Coleman

- Pinklychee : Ce qui nous lie de Samantha Bailly

- Mortuum : Nous irons à Kalponéa de Paul Béra

- Piplo : Ne nous frappons pas d'Alphonse Allais

- Odwy : Nous étions des êtres vivants de Natalie Kuperman et Williams et nous de Moka

- Mariejuliet : Délivrez-nous du mal de Romain Sardou

- Calypso : Ce qui ne nous tue pas d'Antoine Dole

- Mypianocanta : L'été devant nous de Jenny Han

- Delcyfaro : Jusqu'à ce que la mort nous unisse de Karine Giebel

 

 

 

14 juillet 2015 2 14 /07 /juillet /2015 10:06

 

 

 

Bonjour à tous !

 

Je vous invite à sortir doucement de la torpeur estivale pour découvrir le mot qui nous accompagnera durant les semaines à venir... 7 propositions m’ont été faites en privé et le tirage au sort a été favorable au mot...

 

 

 

APRES

 

 

 

Bravo Marion ! Pour les autres, n’hésitez pas à proposer une nouvelle fois votre mot pour la prochaine session.

 

Si vous êtes tentés par l’aventure, c’est très simple, les règles ne changent pas : vous avez un mois et demi pour lire un livre dont le titre comprendra le mot « après ». Nous publierons nos billets le 1er septembre. Le prochain mot sera annoncé le 31 août.

 

Vous pouvez vous inscrire dès maintenant !

 

 

 

 

 

 

Liste des participants pour la trente-quatrième session :

 

- Marion

- Joëlle

- Fred

- Adalana

- Riz-Deux-ZzZ

- DF

- Juna62

- Marjorie

- Miss Bunny

- Piplo

- Mortuum

- Mariejuliet

- Angelebb

- Juna62

- Mandorla

- Calypso

 

22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 16:44

 

Sally, Cindy, Lucile... Depuis l’enfance, Annabelle Granger s’est habituée à devoir changer brusquement de prénom, de nom, de maison, de ville, d’histoire... Sans que ses parents lui donnent la moindre explication. Trente ans plus tard, la découverte, dans une chambre souterraine de l’ancien hôpital psychiatrique de Boston, des cadavres de six fillettes fait la une des journaux. L’une d’elles porte un médaillon au nom d’Annabelle Granger. L’heure n’est plus à la fuite et Annabelle décide de sortir enfin de l’ombre. Mais le tueur est toujours aux aguets. Il l’attend. Depuis vingt-cinq ans. Le début surprenant d’un suspense qui ne l’est pas moins...

 

Il faut bien le reconnaître, Lisa Gardner fait ce qu’elle sait faire de mieux, et elle a raison car cela fonctionne à tous les coups. Prenez une héroïne âgée d’une trentaine d’années. Offrez-lui un passé trouble et une vie chaotique. Ajoutez quelques cadavres retrouvés près d’un ancien hôpital psychiatrique pour pimenter le tout. Saupoudrez de quelques informations qui permettent de tout imaginer sauf l’identité véritable de l’homme qui traque notre héroïne... Vous obtenez Sauver sa peau, une histoire saisissante dès les premières pages, qui offre, grâce aux choix narratifs de l’auteur, un suspense de tous les instants.

 

 

L'œuvre en quelques mots...

 

« Quand on est enfant, on a besoin que ses parents soient tout-puissants, qu'ils soient ces figures d'autorité qui nous protégeront toujours. Plus tard, à l'adolescence, on a besoin que ses parents aient des défauts, parce que ça paraît le seul moyen de nous construire, de couper le cordon. »

 

 

1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 17:56

 

 

« Le langage est une peau :

je frotte mon langage contre l’autre. »

Roland Barthes

 

 

 

 

Voici les billets de cette trente-deuxième session :

 

- Fred : Peau d'âne de Charles Perrault

- Sharon : Peau de lapin de Mikaël Ollivier

- Delcyfaro : Sauver sa peau de Lisa Gardner

- Parlonslittérature : La Peau d'une autre d'Yves Saint-Malo

- Verdorie : La Peau blanche de Joël Champetier

- Mortuum : Dans la peau d'un maton d'Arthur Frayer

- Mandorla : Peau d'âne de Charles Perrault

- XL : La Peau dure d'Elizabeth Quin et Les Porteurs de peau de Tony Hillerman 

- Mypianocanta : La Peau du tambour d'Arturo Perez-Reverte

- Piplo : La Peau sur les os de Stephen King

- Angelebb : La Peau de César de René Barjavel

- Calypso : Sauver sa peau de Lisa Gardner

 

 

31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 18:00

 

Bonjour à tous !

 

Nouvelle session, nouveau mot pour nous accompagner au mois de juin !

 

Une nouvelle fois merci à tous ceux qui s’investissent, mois après mois, dans ce challenge. Sept propositions m’ont été faites au cours des dernières semaines et voici le mot qui a été tiré au sort...

 

 

 

NOUS

 

 

 

Felina, la chance t’a souri ! 

 

Si ce mot vous tente, n’hésitez pas à participer ! La consigne est simple : vous avez un mois et demi pour lire un livre dont le titre comprendra le mot « nous ». Nous publierons nos billets le 15 juillet. Le prochain mot sera annoncé le 14 juillet.

 

Je prends d’ores et déjà les propositions pour la prochaine session !

 

 

 

 

 

 

 

Liste des participants pour la trente-troisième session :

 

- Verdorie

- Yuya46

- Piplo

- Delcyfaro

- DF

- Marion

- Sharon

- XL

- Fred

- Nelfe

- Felin

- Riz-Deux-ZzZ

- Pinklychee

-  Joëlle

- Philippe D

- Joanna

- Adalana

- Mypianocanta

- Calypso 

 

 

25 mai 2015 1 25 /05 /mai /2015 16:45

 

 

 

Aujourd’hui, je lis Mauv@aise connexion de Jo Witek et voici la citation que j’ai dénichée à la page 31 :

 

 

Cela faisait plus de cinq semaines que nous échangions sur le web tous les soirs à 22 heures 15. Souvent jusqu’à 23 heures, un peu plus tard quand Maman était de garde. Avec lui, je pouvais parler de tout.

 

 

Pourquoi ce choix ? Un soir, elle s’est connectée sur un tchat. Elle l’a rencontré. Elle s’est sentie aimée, désirée. En devenant Marilou, Julie, une adolescente de quatorze ans, était bien loin de se douter qu’elle ne saurait plus faire marche arrière...

 

 

Pour plus d’informations sur ce rendez-vous hebdomadaire, cliquez sur l’image.

 

Published by calypso
commenter cet article