Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aperto libro
  • : Mes lectures, mes relectures, au fil des jours, au fil du temps, pour le travail (un peu) et le plaisir (passionnément)...
  • Contact

Bienvenue

Bonjour et bienvenue sur mon blog !

Vous trouverez ici les notes de mes lectures,
des réflexions et des citations.
Vos avis sont bien sûr les bienvenus.
Au plaisir de vous lire...

***


" Mes livres ne sont pas des livres,
mais des feuilles détachées et tombées presque au hasard
sur la route de ma vie. "

François-René de Chateaubriand



 

Recherche

4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 12:41

 

C-est-lundi-que-lisez-vous.png

 

Comme d’autres l’on fait avant moi, je reprends ici l’idée de Malou.

 

Qu'est ce que j'ai lu la semaine passée ?

 

J’ai lu intégralement deux romans qui, c’est un hasard, traitent de la seconde guerre  mondiale : Elle s’appelait Sarah de Tatiana de Rosnay et Le wagon d’Arnaud Rykner.

 

Qu'est ce que je lis en ce moment ? 

 

J’ai commencé hier soir un recueil de nouvelles de Joseph Boyden, Là-haut vers le Nord. Je n’accroche pas pour le moment.

 

Qu'est ce que je lirai la semaine prochaine ?

 

Sans doute Présumé coupable d’Isabelle Guso et Loin du monde de David Bergen.

 

Repost 0
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 21:41

 

Marie-Garnier---Le-nid-des-papillons.jpg

 

 

Un matin semblable à tous les autres, ou presque, je ne le sais pas encore, c’est pour aujourd’hui.

Je m’apprête à vivre l’une des journées les plus merveilleuses de la vie d’une femme, je vais être maman.

Cette journée va pourtant tout bouleverser, plus de repaires, plus d’avenir, plus de passé.

Me voilà projetée dans cet univers décalé sans y être préparée, sans même avoir conscience qu’il existait.

J’ai peur !

Que vais-je devenir ?

Que va-t-elle devenir ?

J ai longtemps cherché comment construire le combat qu’il me fallait mener, pour toi ma fille, pour ton présent, pour mon passé, pour ton futur, pour ton identité.

 

Lorsque Livraddict a proposé il y a quelques semaines plusieurs titres en partenariat avec les éditions Baudelaire, j’ai sauté sur l’occasion. J’avais très envie de découvrir cette maison d’éditions et c’est Le nid des papillons qui a attiré mon attention. J’ai cru, à tort, qu’il s’agissait d’un livre sur la maternité. En réalité, ce livre est un témoignage qui relate le combat d’une mère pour sa fille handicapée.

C’est un livre que j’ai ouvert assez rapidement après l’avoir reçu, un livre qu’il faut lire mais qui, même une fois lu, ne nous laisse qu’entrevoir ce que c’est que d’avoir et de voir grandir un enfant handicapé. Les mots de Marie Garnier sont chargés de douleur, de tendresse, de fierté aussi. Ce sont des mots qui touchent, que l’on soit maman ou pas.

Je ne jugerai pas la qualité « littéraire » du roman. Peu importe finalement s’il est bien écrit ou pas. Ce n’est pas là l’essentiel. Ce n’est pas le récit d’un auteur mais celui d’une maman, écrit comme on écrirait un journal intime pour y coucher ses peines et ses luttes mais aussi ses joies et ses victoires.

Marie Garnier a choisi en guise d’épigraphe une citation de Joseph Joubert que je trouve magnifique et qui résume bien le contenu du livre : « Au lieu de me plaindre de ce que la rose a des épines, je me félicite que l’épine soit surmontée de roses et que le buisson porte des fleurs. » Dès les premiers mots, on sent que l’émotion sera au rendez-vous. On pense assez rapidement au témoignage de Jean-Louis Fournier sur ses deux fils handicapés, mais la comparaison s’arrête là. L’écriture, conseillée par Lolo, une amie précieuse, est envisagée comme une thérapie. L’auteure évoque très rapidement sa grossesse et son accouchement. La maladie, une infirmité motrice cérébrale, est diagnostiquée quelques semaines plus tard. Dès lors, il faut faire face et accepter que sa fille ne soit pas un papillon comme les autres : « Anaïs est comme un papillon, dont les ailes sont toujours repliées, soudées l’une à l’autre. »

 

Livraddict-copie-1

 

Baudelaire.jpg

 

L’œuvre en quelques mots…

 

« La chambre est prête, refaite depuis des mois, astiquée, aseptisée, parfaite.

Viens à la maison, ma chérie, MA FILLE.

Viens, maman te porte !

Si j’avais su à ce moment précis où je venais de prononcer cette phrase j’allais la prononcer pendant des années…

Viens, maman te porte !

Ces quatre mots qui vont accompagner tous nos gestes au quotidien.

Ces quatre mots qui vont représenter ta seule mobilité ou presque.

Ces quatre mots qui vont nous faire avancer pendant des années, tant que je pourrai, tant que j’aurai la force de les prononcer.

Et un jour, je ne les dirai plus. » (p.18) 

 

Repost 0
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 16:09

 

Russell Rowland - Grands espaces

 

« A regarder les gens présents, je m'aperçus que parmi eux il n'y avait qu'une seule famille qui n'avait pas perdu d'enfant : les Purdy, qui n'en avaient pas. Les Glasser avaient enterré leur bébé le matin même. Et je vis dans les veux de ces gens une sympathie que seule une personne qui avait eu la même expérience pouvait voir. Je n'avais jamais vu la douleur parce que je ne l'avais jamais éprouvée. »
Saison après saison, les Arbuckle luttent pour la survie de leur ranch du Montana. La nature y est parfois traîtresse, comme en ce jour d'automne 1916 où George, l'aîné, le fils le plus prometteur, se noie dans la rivière. Quelque temps plus tard, Katie, l'une des filles, périt à son tour. Refusant la fatalité, Blake Arbuckle, encore adolescent, se laisse gagner par le soupçon : et si c'était Jack, son second frère, le responsable de ces deux disparitions ?

 

 J’ai eu tout d’abord un peu de mal à entrer dans ce roman mais c’est souvent le cas avec les romans denses qui comptent de nombreux personnages ou se déroulent sur plusieurs années. Une fois les cent premières pages passées, j’ai réellement commencé à apprécier cette lecture. La narration à la première personne est un choix particulièrement intéressant et nous permet de suivre de l’intérieur la vie des Arbuckle dans leur ranch du Montana, une région que l’auteur connait puisque sa famille y est établie depuis plusieurs générations. De l’automne 1916 à l’été 1985, nous observons le quotidien de Blake Arbuckle et de sa famille brutalement brisée par la mort tragique de George, le fils aîné. Peu après, le décès de la joyeuse Katie anéantira la famille et notamment Blake, très attaché à sa petite sœur.

Dans ce roman intitulé Grands espaces où la nature tient un rôle essentiel par sa grandeur et sa dureté, il est surtout question d’espace intérieur : souffrance humaine, ambitions déçues, amitiés menacées, dépassement de soi. C’est l’histoire d’hommes et de femmes qui partagent les difficultés auxquelles ils sont confrontés : « Et je compris que même si nos maisons étaient tellement éloignées les unes des autres, l’espace entre nous était beaucoup moins vaste que ce que j’avais toujours pensé. » C’est aussi l’histoire d’un homme qui sacrifie son bonheur pour le bien-être de sa famille. Blake est un personnage attachant qui impose le respect, un vrai personnage de roman dont il nous plait de suivre l’évolution au fil des années et des aléas de la vie.

 

  BOB

 

Le Livre de poche-copie-1

 

L’œuvre en quelques mots…

 

« Apparemment, il n’y avait qu’une certitude : ma famille était la source principale de ma force et, à ce titre, avait sur moi une emprise immuable. Cela ne changerait jamais. En revanche, ce qui semblait sujet à toutes sortes d’aléas, c’était ma capacité à ne pas l’oublier, à garder cela toujours présent à l’esprit. » (p.301)

 

« Il me semble que le chagrin se développe tout à fait comme un enfant. Au début, ils ne peuvent parler ni l’un ni l’autre, même s’ils savent très bien faire connaitre leur présence – parfois de façon subtile, parfois de manière plus théâtrale. Le message n’est peut-être pas très clair, mais on ne peut jamais douter de la profondeur du sentiment, de la passion.

Lorsqu’il grandit et prend de l’âge, le chagrin acquiert une vois qui lui est propre, une voix dont le message n’est clair que pour une oreille attentive et patiente. Et si on fait semblant de ne pas l’entendre, la voix va finir par exiger cette attention jusqu’à ce qu’un jour, en se retournant, on se trouve carrément face à face avec le chagrin. » (p.481)

  

Repost 0
26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 20:50

 

JMG-Le-clezio---La-ronde-et-autres-faits-divers.jpg

 

Onze faits divers, d'une banalité tout apparente. Qu'il s'agisse d'un groupe d'ouvriers misérables passant en fraude la frontière italienne, de deux jeunes filles fugueuses, d'un enfant voleur, d'une femme accouchant seule sur la moquette d'un mobile home, surveillée par son chien-loup au regard de braise, qu'il s'agisse de la fillette broyée par un camion, ou de la fillette violée dans une cave de H.L.M., l'auteur impose aux faits une étrangeté bouleversante. L'incident s'annule au profit du dénominateur commun de toute souffrance humaine qu'articulent l'horreur de la solitude, la répression, l'injustice et, quoi qu'il arrive, le fol et vain espoir de rencontrer, dans l'amour et dans la liberté, une merveilleuse douceur.

 

Après Lullaby, lu il y a quelques mois, j’ai souhaité retrouver la plume de Le Clézio et mon choix s’est porté sur un recueil de nouvelles, La ronde et autres faits divers, qui trainait sur mes étagères depuis un moment. J’ai terminé la lecture de ce recueil il y a un petit moment déjà mais le temps m’a manqué pour rédiger mon billet. Ce qui est sûr, c’est que j’ai largement préféré cette lecture à Lullaby qui m’avait ennuyée et déçue. Dans ce recueil, chaque histoire est narrée avec beaucoup de talent et même si un sujet vous inspire moins qu’un autre, l’ensemble est troublant de réalisme et de justesse. Le Clézio nous parle de la vie : échecs, revers de fortune, misère, souffrance, illusions déçues, tout y passe… Le recueil se compose de 281 pages au cours desquelles le lecteur est confronté à des « faits divers » qui font de l’auteur un écrivain de son temps, soucieux  des autres et du monde qui l’entoure sans jamais toutefois verser dans la commisération.

Parmi ces onze nouvelles, j’ai eu de véritables coups de cœur. « La ronde » est une nouvelle qu’il faut absolument lire. La narration est sans faute et la tension est maintenue jusqu’à la dernière page : le lecteur découvre les éléments essentiels à la compréhension de l’histoire par petites touches, sentant bien que quelque chose d’horrible va se produire… Dans cette nouvelle, l’auteur s’essaie, en outre, à une sorte de poésie urbaine particulièrement efficace. Coup de cœur également pour « Ariane » et « La grande vie ». La première de ces nouvelles aborde un sujet très difficile, le viol d’une jeune fille dans la cave d’un HLM ; la deuxième, plus légère en apparence, retrace l’itinéraire de deux jeunes filles fugueuses, persuadées que tout est plus rose hors de leur rue. Je pourrais également citer « O voleur, voleur, quelle vie est la tienne ? » dont j’apprécie tout particulièrement la narration. A égalité avec « La ronde », c’est la nouvelle intitulée « Le jeu d’Anne » qui m’a le plus marquée. Le sujet abordé est là aussi difficile et raconté à la fois avec distance et délicatesse. Les mots m’ont semblé si justes… C’est une nouvelle « spirale », de celles qui vous entraînent avec le personnage dans sa chute.

Quand elles sont bien écrites, c’est un réel plaisir de lire des nouvelles !

 

 

L’œuvre en quelques mots…

 

« Martine roule devant Titi, elle fonce à travers les rues vides, elle penche tellement son vélomoteur dans les virages que le pédalier racle de sol en envoyant des gerbes d’étincelles. L’ai chaud met des larmes dans ses yeux, appuie sur sa bouche et sur ses narines, et elle doit tourner un peu la tête pour respirer. Titi suit à quelques mètres, ses cheveux rouges tirés par le vent, ivre, elle aussi, de vitesse et de l’odeur des gaz. La ronde les emmène loin à travers la ville, puis les ramène lentement, rue par rue, vers l’arrêt d’autobus où attend la dame au sac noir. C’est le mouvement circulaire qui les enivre aussi, le mouvement qui se fait contre le vide des rues, contre le silence des immeubles blancs, contre la lumière cruelle qui les éblouit. La ronde des vélomoteurs creuse un sillon dans le sol indifférent, creuse un appel, et c’est pour cela aussi, pour combler ce vertige, que roule le long des rues le camion bleu et l’autobus vert, afin que s’achève le cercle. » (« La ronde », p.21-22)

 

Repost 0
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 20:29

 

Je consulte mes mails et j'en découvre un de Ulike : " Une de vos chroniques a été sélectionnée pour figurer dans le fascicule de la rentrée littéraire de Cultura ".

 

Cette rentrée littéraire se résumant pour moi au roman d'Isabelle Monnin, Les vies extraordinaires d'Eugène, j'imagine qu'il s'agit de la chronique que j'ai rédigée sur ce roman.

 

Ce soir, après une journée de travail assez épuisante, je suis heureuse.

  

livre.jpg

 

 

Repost 0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 16:11

 

 

J’ai été taguée il y a quelques jours par Clairdelune et comme je n’ai jamais eu l’occasion de répondre à ce petit questionnaire, je m’y colle tout de suite !

 

 

Plutôt corne ou marque-page ?

 

Marque-page sans hésitation ! Et pour être plus précise, je dirais petits bouts ou feuilles de papier pour noter au fur et à mesure de ma lecture les pages intéressantes et quelques idées pour mon futur article.

 

As-tu déjà reçu un livre en cadeau ?


Oui, ça m’arrive très souvent !

 

Lis-tu dans ton bain ?


ça m’est déjà arrivé mais j’ai une toute petite baignoire, ce n’est pas très pratique !

 

As-tu déjà pensé à écrire un livre ?


Je ne me suis jamais essayée à l’écriture et je n’ai donc jamais pensé à écrire un livre. J’aime tellement lire ceux des autres…

 

Que penses-tu des séries de plusieurs tomes ?


J’avoue ne pas en lire ou en avoir lu beaucoup mais si la série vaut vraiment le coup, c’est une bonne manière de prolonger le plaisir ! On est parfois frustré à la fin d’un excellent roman car il nous faut quitter un univers et des personnages auxquels on s’était attaché… ce n’est pas le cas avec les séries. Attention toutefois, il ne s’agit pas de prolonger à l’infini l’histoire : l’auteur doit savoir s’arrêter au moment opportun et le faire habilement.

 

As-tu un livre culte ?


Comme je l’ai souvent dit sur ce blog et ailleurs, Le Livre de ma mère est un de mes plus beaux souvenirs de lecture.

 

Aimes-tu relire ?


Relire n’est pas quelque chose qui me dérange. J’ai parfois une mémoire de poisson rouge en ce qui concerne les romans, même ceux que j’ai appréciés, ce qui facilite les choses (ou pas) ! Le problème, c’est le manque de temps !

 

Pour ou contre rencontrer les auteurs des livres que l’on a aimés ?


Pour !

 

Aimes-tu parler de tes lectures ?


Bien sûr (comme nous tous) ! C’est pour cela que j’ai créé ce blog et que je fréquente un forum de lecture. En fait, je me rends compte que je préfère communiquer par écrit au sujet des livres qu’à l’oral. Ecrire mes sentiments sur un livre me semble plus facile que d’en parler.

 

Comment choisis-tu tes livres ?


Un avis lu sur la blogosphère peut réussir à me convaincre que tel livre est fait pour moi. Parfois, un seul ne suffit pas mais trois ou quatre avis peuvent me pousser à écrire un titre sur ma LAL. Je lis toujours la quatrième de couverture et, même si ce n’est pas le critère déterminant, la première de couverture peut influencer mon choix. Il m’est aussi arrivé de choisir quasiment au hasard un livre en bibliothèque ou CDI.

 

Une lecture inavouable ?


Aucune !

 

Des endroits préférés pour lire ?


Le meilleur endroit reste mon lit !

 

Un livre idéal pour toi serait…


Un livre qui me transporte, que je ne peux pas lâcher, qui me fasse tout oublier, un livre qui m’émeut et me laisse sans voix.

 

Télé, jeux-vidéo ou livres ?


Dans l’ordre : livres, télé (séries en fait) et jeux-vidéo.

 

Lire et manger ?


Je ne le fais plus mais, plus jeune, pendant les vacances, j’adorais prendre mon petit déjeuner en lisant quelques pages.

 

Lecture en musique, en silence ou peu importe ?


Le silence est d’or.

 

Livre électronique ?


Hors de question !

 

As-tu des livres dédicacés ?


Un livre oui, reçu directement de l’éditeur, mais pas de livre dédicacé par l’auteur sous mes yeux.

 

Tu lis quoi en ce moment ?


Je lis Grands espaces de Russell Rowland.

 

Repost 0
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 20:45

 

Thierry-Jonquet---Le-bal-des-debris.jpg

 

Frédo aurait voulu être un gangster. Seulement, au lieu de manier la mitraillette devant un comptoir de banque, il pousse des chariots dans un hôpital pour vieux. Heureusement, il y a Lepointre, un vioque pas comme les autres, expert en combines et truand indécrottable. Quand une riche pensionnaire vient échouer à l'hosto, ils s'imaginent déjà des diamants plein les poches...

 

Le bal des débris est le quatrième roman de Thierry Jonquet que je lis. C’est aussi ma première déception…  C’est un des romans les plus anciens de l’auteur, la déception vient peut-être de là. Pourtant, il a été écrit après Mémoire en cage qui me semble bien plus abouti, et précède de peu Mygale et La bête et la belle, qui sont deux romans à lire absolument. J’ai bien peur de ne plus ressentir avec les autres romans de Jonquet ce que j’ai ressenti à la lecture de Mygale, mais je ne perds pas espoir. Le prochain dans ma PAL est Le manoir des immortelles, là encore un des plus anciens… un véritable hasard.

Si j’ai retrouvé dans Le bal des débris la plume acerbe de Jonquet, je n’ai pas été extrêmement emballée par l’histoire. Je pense que je n’ai pas eu la distante nécessaire pour apprécier, cette fois, le cynisme de l’auteur. Au-delà de ça, je n’ai pas trouvé l’histoire très originale, il m’a manqué cette construction narrative si élaborée qui était présente dans mes trois précédentes lectures. Bien sûr, ce roman se laisse lire mais je n’ai pas été scotchée et surtout pas par la fin qui est assez convenue.

Je suis peu bavarde ce soir (et, hum, il faut dire que j’ai trop attendu avant de rédiger mon billet…), je ne sais pas quoi ajouter, si ce n’est : lisez-le, mais gardez précieusement de côté les autres romans, bien meilleurs.

 

Ce roman a fait l’objet d’une lecture commune avec Restling, Canel et Val.

 

 

 

Au fait, avis aux fans (et je sais qu’ils sont nombreux) : une adaptation de Mygale sous le titre La piel que habito est prévue ! Le réalisateur ne sera autre que Pedro Almodovar.

 

 

L’œuvre en quelques mots…

 

« Tout a commencé lorsque l’ambulance du SAMU a livré au service des urgences un accidenté de la voie publique répondant au nom de Lepointre Alphonse.

C’était il y a trois mois. Je poussais mes chariots. Mon boulot, c’est de pousser des chariots. Depuis quatre ans que je travaille à l’hosto, j’ai dû faire des centaines de kilomètres avec mes chariots. Je suis un expert en chariots, de beaux chariots avec deux grosses roues à l’arrière et deux petites à l’avant. Dossier en Skaï, frein à manette. C’est pas drôle de pousser des chariots, huit heures par jour. Des chariots vers le labo, des chariots vers la radio, des chariots vers les goguenots ! » (p.9)

 

Repost 0
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 21:30

 

Jeffrey-Ford---Le-portrait-de-Madame-Charbuque.jpg

 

C'est un véritable défi qu'accepte de relever le peintre à succès, Piambo, à la fin du XIXe siècle : faire le portrait d'une femme qu'il ne verra jamais mais qui lui parlera d'elle, cachée derrière un paravent. Au fil des séances naît alors une atmosphère étrange. Par le récit de son enfance où elle découvre ses dons de voyante, par les épouvantables révélations qu'elle lâche par bribes, Mme Charbuque envoûte inexorablement l'artiste. Obsédé par ce modèle invisible qui détruit lentement sa vie, il perd peu à peu son talent, sous le regard angoissé de la femme qu'il aime. Quel but poursuit donc cette créature malfaisante ? Le lecteur va finalement découvrir ce qu'elle dissimule. Un lourd secret, dont personne ne peut sortir indemne.

 

Alors que je n’avais jamais lu Jeffrey Ford ni même croisé son nom, j’ai eu l’occasion de lire, en moins de deux mois, deux de ses œuvres. La fille dans le verre, lu en juillet, m’avait permis de passer un bon moment de lecture mais n’avait toutefois pas été un coup de cœur. Il en est exactement de même pour Le portrait de Madame Charbuque. J’ai beaucoup aimé cette lecture et j’y ai retrouvé la plume de Jeffrey Ford, son talent de conteur et son goût pour l’histoire. Une fois n’est pas coutume, il renvoie, dans ses remerciements, aux différents ouvrages historiques et documentaires qu’il a consultés pour écrire son roman. Ce goût de la précision n’est pourtant pas le seul élément que j’ai pu retrouver au cours de ma lecture. Bien des thèmes sont communs aux deux œuvres, notamment ceux de la dissimulation et du mensonge.

Ce roman se déroule en Amérique de la fin du XIXe siècle. Piambo est un peintre qui remporte un franc succès et doit répondre à de nombreuses commandes. Un beau jour, il reçoit une étrange demande : Watkin, un aveugle,  informe le peintre que sa maîtresse souhaite obtenir de lui un portrait. Mais la commande serait tout à fait quelconque si elle ne comportait pas une étrange close : à aucun moment le peintre ne devra voir le modèle. Piambo va alors devoir imaginer Madame Charbuque, la deviner, à travers sa voix, ses mots, les anecdotes qu’elle raconte, de son enfance si particulière à la découverte de son don pour la divination. La mystérieuse femme l’envoute peu à peu et l’éloigne de Samantha, la femme qu’il aime. Pendant ce temps, des cadavres de femmes sont retrouvés, des larmes de sang s’échappant de leurs paupières…

Le portrait de Madame Charbuque est un roman aussi étrange que l’est le personnage éponyme. On le croirait tout droit venu du XIXe siècle, la référence au Portrait de Dorian Gray est d’ailleurs présente dès les premières pages et on sent bien, à mesure que le mystère s’épaissit, l’influence de Poe. Une belle découverte !

   

Livraddict-copie-1 Le Livre de poche-copie-1

 

L’œuvre en quelques mots…

 

« Pendant un temps infini, je contemplai simplement le rectangle posé sur le chevalet. Comme cela se passait chaque fois que je m’efforçais de trouver son image, elle finit par se matérialiser des miasmes du néant, et je vis une femme, mais pareille au Protée de l’Odyssée dont les formes ne cessaient de changer, c’était une femme composée d’innombrables femmes. Je pris mon souffle et je me concentrai, cherchant à mettre un terme aux rapides métamorphoses de son visage, au passage du blond au brun puis au roux de ses cheveux. Ce fut une entreprise assez frustrante, comme tenter de déterminer à quel moment exact l’on se doit de sauter sur un manège tournant à toute allure. » (p.89)

 

Repost 0
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 17:33

 

2011 sera placé sous le signe de la lecture ou ne sera pas !

 

Livraddict lance les baby-challenges par genre. Le but : lire un maximum de livres dans la ou les catégories choisies ! Si je ne me lance pas dans l'aventure de peur de ne pas m'y tenir, je garde toutefois les listes des livres préférés des Livraddictiens sous le coude car j'y vois déjà de très bonnes idées de lecture.

 

Voici le détail des différents baby-challenges proposés :

 

(en jaune, les livres que j'ai déjà lus, en vert ceux qui sont dans ma PAL)

 

 

Baby-challenge-SF-2011.jpg

 

 

1 - Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes
2 - Chroniques martiennes de Ray Bradbury
3 - Dune, tome 1, partie 1 de Frank Herbert
4 - Je suis une légende de Richard Matheson
5 - Les âmes vagabondes de Stephenie Meyer
6 - Le Passeur de Lois Lowry
7 - La Planète des Singes de Pierre Boulle
8 - 1984 de George Orwell
9 - Le cycle d'Ender, tome 1 : La stratégie Ender de Orson Scott Card
10 - La nuit des temps de René Barjavel
11 - L'histoire d'Anna, tome 1 : La déclaration de Gemma Malley
12 - Ubik de Philip K. Dick
13 - Voyage au centre de la Terre de Jules Verne
14 - Le meilleur des mondes de Aldous Huxley
15 - Le Cycle de Fondation, tome 1 : Fondation de Isaac Asimov
16 - Uglies, tome 1 de Scott Westerfeld
17 - L'affaire Jane Eyre de Jasper Fforde
18 - Le Guide du voyageur galactique, tome 1 de Douglas Adams
19 - Ravage de René Barjavel
20 - Midnighters, tome 1 : L'heure secrète de Scott Westerfeld

 

 

Baby-challenge-Jeunesse-2011.jpg

 

 

1 - Le Pacte des Marchombres, tome 1 : Ellana de Pierre Bottero
2 - Fablehaven, tome 1 : Le Sanctuaire Secret de Brandon Mull
3 - A la croisée des mondes, tome 1 : Les Royaumes du Nord de Philip Pullman
4 - La potion magique de Georges Bouillon de Roald Dahl
5 - Deux cierges pour le diable de Laura Gallego Garcia
6 - Les Mondes d'Ewilan, tome 1 : La forêt des captifs de Pierre Bottero
7 - Harry Potter, tome 1 : Harry Potter à l'école des sorciers de J.K. Rowling
8 - Journal d'un chat assassin de Anne Fine
9 - Le Clan des Otori, tome 1 : Le Silence du Rossignol de Lian Hearn
10 - Sacrées sorcières de Roald Dahl
11 - La Quête d'Ewilan, tome 1 : D'un monde à l'autre de Pierre Bottero
12 - Artemis Fowl, tome 1 de Eoin Colfer
13 - La sorcière de la rue Mouffetard, et autres contes de la rue Broca de Pierre Gripari
14 - Entre chiens et loups, tome 1 de Malorie Blackman
15 - Le Bon Gros Géant de Roald Dahl
16 - Le Passeur de Lois Lowry
17 - Charlie et la chocolaterie de Roald Dahl
18 - Les yeux du dragon de Stephen King
19 - Peter Pan de James Matthew Barrie
20 - Le Livre des Étoiles, tome 1 de Erik L'Homme

 

 

Baby-challenge-contemporain-2011.jpg

 

 

1 - Une Prière Pour Owen de John Irving
2 - La Saga Malaussène, tome 1 : Au bonheur des ogres de Daniel Pennac
3 - Le Clan des Otori, tome 1 : Le Silence du Rossignol de Lian Hearn
4 - Entre chiens et loups, tome 1 de Malorie Blackman
5 - Kafka sur le rivage de Haruki Murakami
6 - La porte des enfers de Laurent Gaudé
7 - Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates de Mary Ann Shaffer
8 - Les Thanatonautes de Bernard Werber
9 - Oscar et la dame rose de Eric-Emmanuel Schmitt
10 - L'évangile selon Pilate, suivi de Journal d'un roman volé de Eric-Emmanuel Schmitt
11 - Seul le silence de R.J. Ellory
12 - La vie devant soi de Emile Ajar
13 - Le monde de Sophie de Jostein Gaarder
14 - L'ombre du vent de Carlos Ruiz Zafon
15 - La ferme des animaux de George Orwell
16 - L'enfant de Noé de Eric-Emmanuel Schmitt
17 - Ensemble, c'est tout de Anna Gavalda
18 - Les enfants de la liberté de Marc Levy
19 - Cosmétique de l'ennemi de Amélie Nothomb
20 - Le soleil des Scorta de Laurent Gaudé

 

 

Baby-challenge-Bit-Lit-2011.jpg

 

 

 

1 - Anita Blake, tome 1 de Laurell K. Hamilton
2 - Mercy Thompson, tome 1 de Patricia Briggs
3 - Deux cierges pour le diable de Laura Gallego Garcia
4 - Rachel Morgan, tome 1 : Sorcière pour l'échafaud de Kim Harrison
5 - La communauté du sud, tome 1 de Charlaine Harris
6 - Femmes de l'Autremonde, tome 1 : Morsure de Kelley Armstrong
7 - Hush, hush, tome 1 de Becca Fitzpatrick
8 - La maison de la nuit, tome 1 de P.C. Cast
9 - Les Chroniques de Mackayla Lane, tome 1 : Fièvre noire de Karen Marie Moning
10 - Twilight, tome 1 : Fascination de Stephenie Meyer
11 - La Confrérie de la dague noire, tome 1 : L'Amant ténébreux de J.R. Ward
12 - Les Vampires de Manhattan de Melissa De La Cruz
13 - Jaz Parks, tome 1 : Jaz Parks s'en mord les doigts de Jennifer Rardin
14 - Comment se débarrasser d'un vampire amoureux ? de Beth Fantaskey
15 - Chasseuse de la nuit, tome 1 : Au Bord de la Tombe de Jeaniene Frost
16 - Prémonitions de L.J. Smith
17 - Kate Daniels, tome 1 : Morsure magique de Ilona Andrews
18 - Une aventure de Vicki Nelson, tome 1 : Le prix du sang de Tanya Huff
19 - L'appel du sang, la seconde vie de Bree Tanner de Stephenie Meyer
20 - Le cercle secret, tome 1 : L'initiation de L.J. Smith

 

 

Baby-challenge-Drame-2011.jpg

 

 

1 - Les cerfs-volants de Kaboul de Khaled Hosseini
2 - Neige de Maxence Fermine
3 - La voleuse de livres de Markus Zusak
4 - Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee
5 - La jeune fille à la perle de Tracy Chevalier
6 - La ferme des animaux de George Orwell
7 - Le Vieil Homme et la Mer d'Ernest Hemingway
8 - Le temps n'est rien / De toute éternité de Audrey Niffenegger   
9 - Ne t'inquiète pas pour moi de Alice Kuipers
10 - La route de Cormac McCarthy
11 - Le liseur de Bernhard Schlink
12 - Junk de Melvin Burgess
13 - L'attentat de Yasmina Khadra
14 - Le maître des illusions de Donna Tartt
15 - Un secret de Philippe Grimbert
16 - Si je reste de Gayle Forman
17 - Oliver Twist de Charles Dickens
18 - Les yeux Jaunes des Crocodiles de Katherine Pancol
19 - Lolita de Vladimir Nabokov
20 - Parce que je t'aime de Guillaume Musso

 

 

Baby-challenge-Polar-2011.jpg

 

 

1 - Blacksad, tome 1 : Quelque part entre les ombres de Juan Diaz Canales
2 - La Trilogie Berlinoise de Philip Kerr
3 - Un lieu incertain de Fred Vargas
4 - Dix petits nègres d'Agatha Christie
5 - Innocent de Harlan Coben
6 - Spellman et associés de Lisa Lutz
7 - Le crime de l'Orient-Express de Agatha Christie
8 - Millénium, tome 1 : Les hommes qui n'aimaient pas les femmes de Stieg Larsson
9 - L'étrangleur de Cater Street de Anne Perry
10 - Le huit de Katherine Neville
11 - Les fables de sang de Arnaud Delalande
12 - L'homme à l'envers de Fred Vargas
13 - Le chien des Baskerville d'Arthur Conan Doyle
14 - Cadres noirs de Pierre Lemaitre
15 - Le Poète de Michael Connelly
16 - Un monde sans fin de Ken Follett
17 - Nous n'irons plus au bois de Mary Higgins Clark
18 - Le Mystère de la chambre jaune de Gaston Leroux
19 - L'affaire Jane Eyre de Jasper Fforde
20- L'homme aux cercles bleus de Fred Vargas

 

 

Baby-challenge-Classique-2011.jpg

 

 

1 - Les raisins de la colère de John Steinbeck
2 - Orgueil et Préjugés de Jane Austen
3 - Cyrano de Bergerac de Edmond Rostand
4 - Autant en emporte le vent, tome 1 de Margaret Mitchell
5 - Boule de Suif et autres nouvelles de Guy de Maupassant
6 - Jane Eyre de Charlotte Brontë
7 - Macbeth de William Shakespeare
8 - Huis clos suivi de Les Mouches de Jean-Paul Sartre
9 - Des souris et des hommes de John Steinbeck
10 - Les Hauts de Hurle-Vent de Emily Brontë
11 - Le joueur d'échecs de Stefan Zweig
12 - Les Liaisons Dangereuses de Pierre Choderlos De Laclos
13 - Nana de Emile Zola
14 - Peter Pan de James Matthew Barrie
15 - Roméo et Juliette de William Shakespeare
16 - Hamlet de William Shakespeare
17 - Oedipe roi de Sophocle
18 - Les Malheurs de Sophie de Comtesse de Ségur
19 - Le Songe d'une nuit d'été de William Shakespeare
20 - Au bonheur des dames de Emile Zola

 

 

 

 

Baby-challenge-Theatre-2011.jpg

 

 

1 - Cyrano de Bergerac de Edmond Rostand
2 - Macbeth de William Shakespeare
3 - Roméo et Juliette de William Shakespeare
4 - Hamlet de William Shakespeare
5 - Le Songe d'une nuit d'été de William Shakespeare
6 - Le misanthrope de Molière
7 - La Cantatrice chauve , suivi de La Leçon de Eugène Ionesco
8 - La Machine infernale de Jean Cocteau
9 - Rhinocéros de Eugène Ionesco
10 - Le Cid de Pierre Corneille
11 - On ne badine pas avec l'amour de Alfred de Musset
12 - Lorenzaccio de Alfred de Musset
13 - Antigone de Jean Anouilh
14 - L'école des femmes de Molière
15 - Les fourberies de Scapin de Molière
16 - Le Mariage de Figaro de Beaumarchais
17 - L'Avare de Molière
18 - Knock ou le Triomphe de la médecine de Jules Romains
19 - Le Tartuffe de Molière
20 - Andromaque de Jean Racine

 

 

Baby-challenge-Fantasy-2011.jpg

 

 

 

1 - L'Assassin Royal, tome 1 : L'Apprenti assassin de Robin Hobb
2 - Le Seigneur des Anneaux, tome 1 : La communauté de l'Anneau de J.R.R. Tolkien
3 - Le Pacte des Marchombres, tome 1 : Ellana de Pierre Bottero
4 - Fablehaven, tome 1 de Brandon Mull
5 - La ligne verte de Stephen King
6 - A la croisée des mondes, tome 1 : Les Royaumes du Nord de Philip Pullman
7 - L'Épée de vérité, tome 1 de Terry Goodkind
8 - Les Mondes d'Ewilan, tome 1 : La forêt des captifs de Pierre Bottero
9 - Harry Potter, tome 1 : Harry Potter à l'école des sorciers de J.K. Rowling
10 - Les bannis et les proscrits, tome 1 de James Clemens
11 - La Quête d'Ewilan, tome 1 de Pierre Bottero
12 - Les Dames du Lac, tome 1 de Marion Zimmer Bradley
13 - Artemis Fowl, tome 1 de Eoin Colfer
14 - Les Aventuriers de la Mer, tome 1 : Le Vaisseau Magique de Robin Hobb
15 - Légende de David Gemmell
16 - American Gods de Neil Gaiman
17 - Le Silmarillion de J.R.R. Tolkien
18 - De bons présages de Neil Gaiman
19 - La trilogie de Bartiméus, tome 1 : L'Amulette de Samarcande de Jonathan Stroud
20 - La Belgariade, chant 1 : Le Pion blanc des présages de David Eddings

 

 

Baby-challenge-Thriller-2011.jpg

 

 

1 - Shutter Island de Dennis Lehane
2 - Le silence des Agneaux de Thomas Harris
3 - La mémoire fantôme de Franck Thilliez
4 - Le chuchoteur de Donato Carrisi
5 - Seul le silence de R.J. Ellory
6 - Robe de marié de Pierre Lemaitre
7 - La nuit des enfants rois de Bernard Lenteric
8 - Les Rivières Pourpres de Jean-Christophe Grangé
9 - Cul-de-sac (Piège Nuptial) de Douglas Kennedy
10 - Chroniques des vampires, tome 01 : Entretien avec un vampire de Anne Rice
11 - Thérapie de Sebastian Fitzek
12 - La chambre des morts de Franck Thilliez
13 -  La Trilogie du mal, tome 1 : L'Âme du mal de Maxime Chattam
14 - L'Evangile selon Satan de Patrick Graham
15 - Le Serment des Limbes de Jean-Christophe Grangé
16 - Dragon Rouge de Thomas Harris
17 - Dead Zone de Stephen King
18 - L'Oeil de Caine de Patrick Bauwen
19 - Le 5e règne de Maxime Chattam
20 - Le Vol des Cigognes de Jean-Christophe Grangé

 

 

 

 

 

Repost 0
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 13:44

 

Masse-critique-n-9.jpg

 

 

Repost 0