Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sacha Sperling, J'ai perdu tout ce que j'amais

Publié le par calypso

 

Sacha-Sperling---J-ai-perdu.jpg

 

Ce roman a été lu dans le cadre de l’opération On vous lit tout, organisée par Libfly et le Furet du Nord.

 

Sacha Sperling a connu la gloire et tout ce qui s’ensuit grâce au succès aussi inattendu que soudain de son premier roman : l’argent, les belles voitures, les filles... Il aurait aimé poursuivre sur sa lancée mais son second roman a fait un bide. De retour à Paris, il retrouve les « personnages » de son premier livre qui sont en fait ses plus anciens amis et qui ne semblent pas avoir vraiment apprécié de voir leurs petites histoires étalées au grand jour. Si la plupart d’entre eux restent sur la réserve, Quentin, lui, est ravi de revoir son vieil ami, tout en restant très mystérieux sur ses activités. Mais le mystère n’est pas l’apanage de ce dernier. La jolie Mona qui a débarqué sans crier gare dans la vie de Sacha réserve elle aussi son lot de surprises…

J’ai perdu tout ce que j’aimais est un roman qui se lit sans trop de difficultés mais je ne dirais pas que c’est un incontournable. A vrai dire, je n’ai pas été séduite par l’histoire même si j’ai apprécié le retournement de situation qui relance un peu la progression somme toute peu rythmée du récit. Aucun des personnages n’a su trouver grâce à mes yeux et j’ai partagé leurs aventures en restant en retrait. Je suis peut-être passée à côté…

 

 

L’œuvre en quelques mots…

 

« Déjà, le décor s’efface. Aquarelle sous la pluie. Je regarde la fille toujours accroupie, le lit défait, le sol couvert de sang. Quentin m’embrasse les joues. La fille dit quelque chose comme :

« Est-ce qu’il faut que j’appelle une ambulance ? »

Et puis, je ferme les yeux.

Je m’appelle Sacha Sperling.

Je serai mort à la fin de ce livre. » (p.8)

 

Partager cet article

Repost 0

Challenge Un mot, des titres - Session 18 - Les billets

Publié le par calypso

 

Un mot des titres

 

« Nulle amie ne vaut une soeur. »

Christina Rossetti

 

 

 

 

 

Voici les billets de cette dix-huitième session :

 

- Luna : Bindi Babes, T1 : Trois soeurs (presque) parfaites de Narinder Dhami

- Riz-Deux-Zz : Quatre soeurs de Malika Ferdjoukh

- Clairdelune : Soeurs sorcières, T1 de Jessica Spotswood

- Apropodelivres : Ma soeur vit sur la cheminée d'Annabel Pitcher

- Adalana : Soeurs sorcières, T1 de Jessica Spotswood

- Gwen : A toi ma soeur de Rosamund Lupton

- Kynicky : Soeurs sorcières, T1 de Jessica Spotswood

- XL : Petite soeur de Patricia MacDonald et Les Belles-Soeurs de Michel Tremblay

- Sharon : Les Etranges Soeurs Wilcox, T3 : Les Masques de sang de Fabrice Colin et Les Soeurs de la lune, T1 à 3 de Yasmine Galenorn

- Titepomme : Les Soeurs de la lune, T10 : Courting Darkness de Yasmine Galenorn

- Brigt : Petite soeur, mon amour de Joyce Carol Oates

- Miss Bunny : A toi ma soeur de Rosamund Lupton

- Vepug : Les Etranges Soeurs Wilcox, T1 : Les Vampires de Londres de Fabrice Colin

- Paikanne : Quand nous serons frère et soeur de Sophie Adriansen

- Odwy : Soeurs d'un été de Judy Blume

- Mariejuliet : Soeurs de sang de Mercedes Lackey

- Sayyadina : Night World, T2 : Les Soeurs des ténèbres de L.J. Smith

- Pinklychee : Les Soeurs Andreas d'Eleanor Brown

- Mypianocanta : L'Ile des trois soeurs, T2 : Ripley de Nora Roberts

- Anne : Les Soeurs Brelan de François Vallejo

- Acherontia : Sorcière, ma soeur de Graham Joyce

- Céline : Les Ames soeurs de Valérie Zenatti

- Rose : Quatre soeurs, T2 : Hortense de Malika Ferdjoukh

- Piplo : Ma soeur vit sur la cheminée d'Annabel Pitcher

- Mandorla : Quatre soeurs, T1 : Enid de Malika Ferdjoukh

- Reveline : Soeurs sorcières, T1 de Jessica Spotswood

- Binou : L'Ile des trois soeurs de Nora Roberts

- Isis : Soeurs sorcières, T1 de Jessica Spotswood

- Khalya : Soeurs sorcières, T1 de Jessica Spotswood

- Petitepom : La Soeur de l'ombre de Patrica MacDonald

- Angeselphie : La Soeur de l'ombre de Patricia MacDonald

- Titoulematou : Deux soeurs de Madeleine Chapsal

- Pomm : Meurtres entre soeurs de Willa Marsh 

- Calypso : Ma soeur, ce boulet de Claire Scovell Lazebnik

 

Partager cet article

Repost 0

Claire Scovell Lazebnik, Ma soeur, ce boulet

Publié le par calypso

 

Claire-Scovell-Lazebnik---Ma-soeur-ce-boulet.jpg

 

Comment feriez vous si, du haut de vos 20 ans, vous heritiez d'une immense fortune et… de la garde d'une demi-soeur de 3 ans que vous connaissez à peine ?

Pour Livvy, l'égoiste, la sauvageonne, c'est le début d'une aventure émouvante, mais pleine d’humour, où elle devra apprendre à gérer sa vie en tenant, enfin, compte des autres et, surtout, faire preuve d’une patience d’ange !

 

Livvy n’a que 21 ans. Elle est étudiante, vit en coloc’ et n’a pas vraiment l’esprit de famille. Il faut dire que son père porte beaucoup plus d’intérêt à sa nouvelle femme qu’à sa première fille… Et que dire de cette mère particulièrement intrusive et un poil déjantée ? Livvy suit donc son petit bonhomme de chemin sans trop se soucier de ses géniteurs. Quant à sa demi-sœur, c’est à peine si elle l’a vue deux fois dans sa vie. Alors, quand la jeune femme apprend que son père et sa belle-mère ont eu un accident de voiture et qu’elle a été désignée par ces derniers comme tutrice légale de la petite Célia, c’est la douche froide ! Entre une petite fille capricieuse et pourtant si attachante, une mère casse-pieds et un tout nouvel amoureux, Livvy va devoir pendre ses marques, revoir le sens de ses priorités et apprendre à grandir, tout simplement.

Avec Ma sœur, ce boulet, on est loin de la grande littérature, mais qu’importe le flacon, pourvu que… Oui. Mais. Si le roman déborde d’humour et d’impertinence (la narratrice, qui n’est autre que Livvy elle-même, y est pour beaucoup), s’il est à la fois léger et touchant (vous l’aurez compris, Livvy et sa sœur vont s’apprivoiser tendrement), il ne manque pas cependant de perdre toute sa saveur dans les dernières pages qui sont, à mon sens, complètement ratées. On ne peut pas faire plus cucul la praline, c’est lourd, peut-être mal traduit, en tout cas très mal amené. Bon, je me rends compte que je suis sévère : ce roman faisant presque 500 pages, il y a quand même largement de quoi passer un bon moment ! Idéal sur la plage !

 

 

L’œuvre en quelques mots…

 

« Elle se tient devant moi, les joues baignées de larmes, serrant contre elle un animal en peluche. 

- Je m’excuse, Olivia. Sois pas en colère.

Elle éclate en sanglots et court jusqu’à moi en me tendant ses bras.

J’ai pas envie de la prendre. J’ai les boules, je suis crevée et j’ai juste envie de rester seule. Pourtant, je la hisse sur mes genoux, je n’ai pas trop le choix. Elle colle son visage contre ma poitrine et trempe ma chemise de ses larmes.

 Je pose mon menton sur le sommet de son crâne et je me demande comment je vais survivre aux prochaines années de ma vie. Que dis-je ? aux prochaines semaines. » (p.317)

 

 

Un mot des titres

Partager cet article

Repost 0