Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Karine Reysset, Les Yeux au ciel

Publié le par calypso

 

Karine-Reysset---Les-yeux-au-ciel.jpg

 

L’anniversaire du grand-père s’éternise. Scarlett ne supporte plus la présence des triplés, ses cousins aux yeux délavés. Pour les effrayer, elle leur parle du fantôme qui lui rend visite à la nuit tombée. Celle qu’elle appelle Bonnie, comme dans Autant en emporte le vent, s’est évaporée trente ans plus tôt. Les adultes, inconsolés, se souviennent. Sauront-ils enfin s’avouer ce qu’ils ont sur le cœur ?

 

Noé, le patriarche d’une grande famille recomposée, fête son anniversaire. Soixante-dix ans, déjà. C’est l’occasion pour tous de se réunir dans la maison familiale, située sur la côte bretonne, et d’affronter à nouveau les angoisses dissimulées et les non-dits tellement présents. Il y a Lena, la fille aînée de Noé et Marianne, qui peine à élever ses deux enfants, et Scarlett, la fille de Merlin, contrainte de vivre avec ses grands-parents à cause de l’immaturité de son père. Il y a également Stella, la tante de Scarlett, son modèle, une jeune femme qui a choisi le chemin de la liberté, mais aussi Rose, Gustav et Sydney, les triplés, qui ont traversé un océan avec leur père pour rejoindre le reste de la famille. Et parmi tous les présents, il y a cette absente, ce petit papillon dont les éclats de rire manquent cruellement…

Il est difficile pour moi de parler de ce roman car j’ai vraiment l’impression d’être passée à côté. Le style est agréable, quoique parfois surprenant, mais cela ne saurait suffire : l’histoire ne m’a pas convaincue. C’est un roman dans lequel évoluent de nombreux personnages. Trop peut-être ? Sans doute, mais uniquement en raison du nombre de pages : à peine 190, et le temps consacré à chacun est trop insuffisant. Toutefois, Karine Reysset a eu raison de multiplier les points de vue : chaque chapitre est ainsi l’occasion pour le lecteur de côtoyer les pensées d’un personnage différent. Mais cela n’empêche pas le survol de leur caractère et de leurs émotions : le lecteur n’a pas suffisamment de matière pour s’attacher à l’un ou l’autre et reste à la lisière de cette histoire familiale. Coincé entre les personnages et entre les époques, il peine à trouver sa place et à définir le véritable intérêt de ce roman : cette ombre au tableau, petite fille évanescente, n’est en effet pas assez mise en avant et elle s’efface, malheureusement, derrière des histoires personnelles somme toute assez banales.

 

 

Livraddict-copie-1

 

Points

 

L’œuvre en quelques mots…

 

« Ce n’était pas vrai, pensa-t-il, ils n’étaient pas tous réunis, il manquait sa fille. Il manquait Violette. Il ne s’était pas passé un jour sans qu’il pense à elle. Il se leva pour dire un mot à l’assemblée. La tête lui tourna, il avait trop bu, il ne devait pas gâcher la fête avec ses souvenirs. Il se rassit. » (p.126)

 

« Elle voulait voler, voilà ce qui s’est passé. Notre sœur, c’était un oiseau. Une fée, un papillon, ça ne vit jamais très vieux, c’est trop beau, trop fragile. Alors, avec ses ailes de libellule, elle a cru cela possible. » (p.126)

 

Partager cet article

Repost 0

Daniel Boudier, Marcello

Publié le par calypso

 

Daniel-Boudier---Marcello.jpg

 

 

A travers les 17 nouvelles qui composent ce recueil, Daniel Boudier explore l’existence secrète des êtres. La nostalgie du temps perdu, les douleurs enfouies, l’abandon, le deuil, la solitude urbaine, les passions furtives, l’homosexualité, l’identité, la célébrité… Avec force référence au cinéma et à ses figures mythiques.

 

Une jeune fille part à la recherche de son père biologique tandis qu’un petit garçon remue ciel et terre pour retrouver son doudou. Un jeune homme apprend quant à lui apprend que son véritable père est le héros de sa jeunesse. Un SDF se voit proposer un étrange contrat par un riche étranger. Un enfant réinvente la vie de sa grand-mère disparue. Un homme, hanté par son passé, prépare son suicide, quand une femme mariée goûte à un moment de liberté. Deus êtres vivent une histoire d’amour éphémère comme une séance de cinéma…

Marcello est un recueil composé de dix-sept nouvelles assez différentes et qui, pourtant, ont des points communs : certains thèmes reviennent en effet fréquemment comme la quête identitaire liée notamment aux difficultés relationnelles entretenues avec un parent ou encore le monde du cinéma et la célébrité. L’ensemble est bien écrit et, de fait, plutôt agréable à lire ; pourtant, aucune de ces nouvelles ne m’a subjuguée. Elles présentent des tranches de vie auxquelles je n’ai pas su trouver de l’intérêt et qui n’ont pas réussi à m’émouvoir, d’une quelconque façon que ce soit. Dommage !

 

 

 

Les agents littéraires

 

L’œuvre en quelques mots…

 

«  Perdu. Egaré. Une fugue. Un enlèvement.

Je ne me suis peut-être pas assez occupé de lui. Il a peut-être eu envie de voir d’autres personnes. Un moment d’absence. Je l’ai échappé. Il a disparu un samedi matin sur ola place du marché. On a passé plus d’une heure dans le quartier pour le rechercher. On m’a posé plein de questions. Pire qu’une garde à vue. Y en a qui voient trop de séries américaines à la télé. Rien à faire. Mon doudou était introuvable. » (p.19)

 

«  Il passe le temps à faire le débriefing de son existence. Il va bientôt fêter ses quarante ans. Le constat est clair. Il a raté sa vie. Il l’a regardée sans la voir. Pendant des années, il a joué à cache-cache avec elle. C’était un jeu dangereux. Il a perdu. Il a échoué. » (p.58)

 

« Je retournais régulièrement au cinéma. Le septième art tentait de me consoler. Il y a toujours une « happy end » dans les salles obscures. Les « happy end » n’existent jamais dans la vraie vie. » (p.168)

 

Partager cet article

Repost 0

Muriel Zürcher et Stéphane Nicolet, Youpi ! Oups ! Beurk !

Publié le par calypso

 

Muriel-Zurcher---Youpi-Oups-Beurk.jpg

 

 

Voici un livre qui va tout t’expliquer sur les émotions : la surprise, la colère, la joie, le dégoût, la tristesse, la jalousie, la peur, la fierté, la honte, la douleur, l’amour… Apprends à les reconnaître, à les exprimer, à les apprivoiser !

 

Youpi ! Oups ! Beurk ! Derrière ce titre qui ne manquera pas d’attirer la curiosité des enfants et de leurs parents, se cache un album à la fois ludique et instructif. L’auteure, Muriel Zürcher, directrice adjointe en centre hospitalier, explore le domaine des émotions et tente de les mettre à la portée des plus jeunes. La démarche adoptée dans l’album est bien pensée : après avoir défini les émotions et expliqué leur provenance, leur utilité ou encore leur fonctionnement, l’auteure s’est attachée à présenter chacune des émotions qui régissent notre quotidien, comme la tristesse, la jalousie ou encore l’amour. Si votre enfant est curieux et plutôt bon lecteur, cet album est fait pour lui ! Mais il est tout à fait possible, voire nécessaire à mon avis, d’accompagner sa lecture, d’autant plus que des activités sont proposées au fil des pages, permettant notamment de discuter de ce qui vient d’être lu, de s’exprimer au sujet de l’émotion évoquée. C’est un album qui, en outre, contient beaucoup d’informations, il vaut donc mieux le lire par petits bouts. Mais Muriel Zürcher n’est pas la seule conceptrice de l’ouvrage. Stéphane Nicolet, l’illustrateur, a su rendre cet album attractif, par ses couleurs, ses dessins, et surtout les nombreuses petites vignettes à soulever ici et là.

 

 

 

Nathan

 

 

Muriel-Zurcher---Youpi-Oups-Beurk-bis.jpg

Publié dans Albums

Partager cet article

Repost 0

Challenge Un mot, des titres - Partenariat #7

Publié le par calypso

 

Un mot des titres

 

 

Les éditions Folio sont à nos côtés pour un nouveau partenariat !

 

 

« Partenariat », qu’est-ce que cela signifie ?

 

Folio me permet d’organiser un concours à l’occasion de cette session 9 et offre à l’un d’entre vous un titre de son catalogue comprenant le mot « fille ».

 

 

Folio

  

Il s’agit de

La Vie réelle des petites filles

de Chantal Thomas.

 

La-vie-reelle-des-petites-filles.jpg

 

  

Un grand merci à Charlotte qui m’a laissé la liberté de choisir le titre !

 

 

Comment participer ?

 

Merci de bien respecter les règles énoncées ci-dessous et les deux étapes.

 

- Etape n°1

Si vous êtes intéressés par ce titre, merci de me le signaler en commentaire (uniquement).

Deux possibilités :

> Vous ne participez pas à cette session, vous obtenez une chance au tirage au sort.

> Vous participez à cette session, vous bénéficiez alors de deux chances pour remporter l’exemplaire mis en jeu.

Je précise que seuls ceux qui auront effectivement publié leur billet bénéficieront de ces deux chances au tirage au sort. J’attendrai bien sûr quelques jours, de manière à ce que les retardataires ne soient pas pénalisés, s’ils souhaitent participer.

 

- Etape n°2

Vous pouvez également bénéficier de deux chances supplémentaires si vous parvenez à trouver quel titre j’ai moi-même choisi de lire pour cette session. Les propositions (une par participant) se font par mail, pas de commentaire pour cette étape ! Merci de bien préciser votre pseudo. J’attends avec impatience de découvrir vos idées !

 

 

A très vite,

 

calypso

 

 

 

PS : Ce concours est ouvert à la France métropolitaine, ainsi qu’à nos amis belges et suisses !

 

Partager cet article

Repost 0

Le mardi sur son 31 #9

Publié le par calypso

 

 

Le mardi sur son 31

 

 

 

Aujourd’hui, je lis Youpi ! Oups ! Beurk ! de Muriel Zücher et Stéphane Nicolet et voici la citation que j’ai dénichée à la page 31 :

 

 

Quand un parent ordonne : « Ne touche pas ! », sa consigne sera d’autant plus efficace s’il l’accompagne d’une mimique de dégoût. Car l’enfant l’imite et ressent le dégoût grâce à ses neurones-miroirs. La grimace est donc un outil d’éducation !

 

 

Pourquoi ce choix ? Je me suis donné la mission de vous apprendre quelque chose aujourd’hui et cette citation me semble bien choisie ! Plus sérieusement, derrière ce titre loufoque se cache un album jeunesse extrêmement bien conçu, ludique et intelligent à la fois. D’ailleurs, j’y retourne !

 

 

Pour plus d’informations sur ce rendez-vous hebdomadaire, cliquez sur l’image.

 

Partager cet article

Repost 0

Challenge Un mot, des titres - Partenariat #6

Publié le par calypso

 

Un mot des titres

 

 

 

La générosité des éditions du Livre de Poche ne fait aucun doute !

 

 

Le Livre de poche-copie-1

 

 

« Partenariat », qu’est-ce que cela signifie ?

 

Le Livre de Poche me permet d’organiser un concours à l’occasion de cette session 9 et offre à l’un d’entre vous un roman autobiographique traitant de la relation mère-fille.

 

 

Il s’agit de

Mauvaise fille de Justine Lévy.

 

 

Mauvaise-fille.jpg

 

   

Merci Marie pour le choix du titre !

 

Un petit clic sur le logo Le Livre de Poche vous permettra d’en savoir plus sur le roman.

 

 

Comment participer ?

 

Merci de bien respecter les règles énoncées ci-dessous et les deux étapes.

 

- Etape n°1

Si vous êtes intéressés par ce titre, merci de me le signaler en commentaire (uniquement).

Deux possibilités :

> Vous ne participez pas à cette session, vous obtenez une chance au tirage au sort.

> Vous participez à cette session, vous bénéficiez alors de deux chances pour remporter l’exemplaire mis en jeu.

Je précise que seuls ceux qui auront effectivement publié leur billet bénéficieront de ces deux chances au tirage au sort. J’attendrai bien sûr quelques jours, de manière à ce que les retardataires ne soient pas pénalisés, s’ils souhaitent participer.

 

- Etape n°2

Vous pouvez également bénéficier de deux chances supplémentaires si vous parvenez à trouver quel titre j’ai moi-même choisi de lire pour cette session. Les propositions (une par participant) se font par mail, pas de commentaire pour cette étape ! Merci de bien préciser votre pseudo. J’attends avec impatience de découvrir vos idées !

 

 

A très vite,

 

calypso

 

 

 

PS1 : Ce concours est ouvert à la France métropolitaine, ainsi qu’à nos amis belges et suisses !

PS2 : Si vous participez à ce concours, merci de vous engager à lire ce roman et à transmettre votre avis au Livre de Poche.

 

Partager cet article

Repost 0

Challenge Un mot, des titres - Partenariat #5

Publié le par calypso

 

Un mot des titres

 

 

 

Oyé ! Oyé ! Les éditions Nathan redeviennent notre partenaire pour cette session !

 

   

 

Nathan

 

 

« Partenaire », qu’est-ce que cela signifie ?

 

Nathan me permet d’organiser un concours à l’occasion de cette session 9 et offre à l’un d’entre vous un très bel ouvrage, entièrement consacré aux filles !

 

 

Il s’agit de

En avant les filles ! de Sandrine Mirza.

 

 

En-avant-les-filles.jpg

 

 

Merci Samia pour le choix du titre !

 

N'hésitez pas à cliquer sur le logo Nathan pour feuilleter l'ouvrage et voir ainsi s'il est susceptible de vous intéresser. 

 

 

Comment participer ?

 

Merci de bien respecter les règles énoncées ci-dessous et les deux étapes.

 

- Etape n°1

Si vous êtes intéressés par ce titre, merci de me le signaler en commentaire (uniquement).

Deux possibilités :

> Vous ne participez pas à cette session, vous obtenez une chance au tirage au sort.

> Vous participez à cette session, vous bénéficiez alors de deux chances pour remporter l’exemplaire mis en jeu.

Je précise que seuls ceux qui auront effectivement publié leur billet bénéficieront de ces deux chances au tirage au sort. J’attendrai bien sûr quelques jours, de manière à ce que les retardataires ne soient pas pénalisés, s’ils souhaitent participer.

 

- Etape n°2

Vous pouvez également bénéficier de deux chances supplémentaires si vous parvenez à trouver quel titre j’ai moi-même choisi de lire pour cette session. Les propositions (une par participant) se font par mail, pas de commentaire pour cette étape ! Merci de bien préciser votre pseudo. J’attends avec impatience de découvrir vos idées !

 

Les garçons peuvent tenter leur chance !

 

 

A très vite,

 

calypso

 

 

 

PS : Ce concours est ouvert à la France métropolitaine, ainsi qu’à nos amis belges et suisses !

 

Partager cet article

Repost 0

Challenge Un mot, des titres - Résultat du concours (Partenariats #2, 3 et 4)

Publié le par calypso

 

Un mot des titres

 

  

Corps et âme, Sans âme, Les Ames croisées, La Couleur de l'âme des anges, L'Ame du mal, Le Briseur d'âmes, Les Ames soeurs, Les Ames grises sont les titres que vous m'avez proposés. Une seule parmi vous a eu une bonne intuition en me proposant Les Ames brûlées, elle bénéficie donc automatiquement de deux chances supplémentaires !

 

Pour cette session, il y avait trois concours, trois fois plus de chance de remporter un livre.

 

Voici les trois gagnants désignés par tirage au sort...

 

 

Les âmes vagabondes

 

  Piplo

 

 

 

Corps et âme

 

Jeneen

 

 

 

T1 Sans âme

 

  Emma

 

 

Merci de m'envoyer au plus vite vos adresses.

N.B. : Si une adresse ne me parvient pas, je procèderai à un nouveau tirage au sort.

 

Un très grand merci aux éditions Audiolib, Folio et au Livre de Poche pour leur confiance et leur implication dans ce challenge.

 

Partager cet article

Repost 0

Sebastian Fitzek, Tu ne te souviendras pas

Publié le par calypso

 

Sebastian-Fitzek---Tu-ne-te-souviendras-pas.jpg

 

Célèbre avocat berlinois, Robert Stern a rendez-vous avec l'une de ses anciennes maîtresses dans une friche industrielle désaffectée. Elle vient accompagnée de Simon, 10 ans, qui s'accuse de sept meurtres… perpétrés quinze ans plus tôt !

Inconcevable. Et pourtant, sur les indications du garçon, Stern découvre un premier cadavre, celui d'un homme que Simon prétend avoir assassiné à coups de hache. Tout aussi incroyable, ce DVD que Stern reçoit le lendemain, une vidéo récente montrant, en pleine santé, son fils qu'il croyait mort.

Hallucination ? Manipulation ? Délire paranoïaque ? Toutes les certitudes de Stern volent en éclats. Et cette voix qui lui demande : croyez-vous à la réincarnation ?

 

Robert Stern est un avocat renommé qui cache une grande fêlure. Il aurait pu vivre une belle relation avec Carina, une ancienne connaissance qui refait surface dans sa vie, s’il n’y avait pas en lui cette mélancolie perpétuelle, comme si les individus souhaitant partager sa vie risquaient une « contagion psychique ». L’homme de loi est taciturne et renfermé, mais une rencontre improbable va peu à peu le faire sortir de sa réserve. Il s’appelle Simon et, du haut de ses dix ans, il a déjà besoin d’un avocat : il prétend en effet avoir perpétué plusieurs meurtres dont le premier serait vieux d’une quinzaine d’années. Les cadavres refont surface et la police ne tarde pas à soupçonner Stern.

Bon, il faut être honnête : ce n’est pas le meilleur roman de l’auteur. Thérapie et Ne les crois pas sont en effet loin devant. Pourtant, j’ai passé un très bon moment avec Tu ne te souviendras pas car j’ai retrouvé au cours de ma lecture ce qui m’a vraiment passionnée dans les deux autres : un vrai suspense, des rebondissements fréquents, une forte tension psychologique. Contrairement à ce que j’ai pu lire sur la blogosphère, l’histoire n’est pas compliquée à comprendre, mais son caractère improbable peut déranger. Et encore, je ne suis pas sûre que tout soit improbable… On a du mal à savoir où l’auteur nous emmène, on hésite entre une explication surnaturelle et une explication rationnelle, mais c’est un plaisir de se faire mener par le bout du nez. Alors, c’est peut-être le sujet qui m’a légèrement moins emballée, ainsi que la référence au commerce d’enfants et aux pédophiles. Mais c’est vraiment une impression d’après lecture car, ce roman, je l’ai dévoré comme les autres. Fitzek reste mon chouchou !

 

 

L’œuvre en quelques mots…

 

« Quand, quelques heures plus tôt, Robert Stern avait accepté cette rencontre insolite, il ignorait qu’il avait pris rendez-vous avec la mort. Il se doutait encore moins que celle-ci mesurait un mètre quarante-trois, aurait des baskets aux pieds et ferait irruption dans son existence en souriant, sur une friche industrielle perdue au bout du monde. » (p.9)

 

Publié dans Littérature allemande

Partager cet article

Repost 0

Le mardi sur son 31 #8

Publié le par calypso

 

Le mardi sur son 31

 

 

Aujourd’hui, je lis Marcello de Daniel Boudier et voici la citation que j’ai dénichée à la page 31 :

 

 

Je devais être en deuxième année du cours préparatoire. J’avais fait un exposé sur lui. J’étais fier. J’avais eu un 18 sur 20. Les félicitations de la maîtresse. La jalousie de mes copains de classe. J’avais un seul objectif. Etre pilote d’avion. Pour voler comme Charles Landry.

 

 

Pourquoi ce choix ? Je commence tout juste ce recueil composé de dix-sept nouvelles et il m’est impossible de donner un avis pour le moment. Il se trouve en plus que la page 31 n’offre pas beaucoup de possibilités... C’est le début d’une nouvelle intitulée « Mon père, ce héros ». Je trouverai mieux la semaine prochaine !

 

 

Pour plus d’informations sur ce rendez-vous hebdomadaire, cliquez sur l’image.

 

Publié dans Blabla en tout genre

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>