Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Franck Thilliez, La Mémoire fantôme

Publié le par calypso

 

Franck-Thilliez---La-memoire-fantome.jpg

 

 

Quatre minutes. C’est le temps d’un souvenir pour Manon. Après, tout s’efface. Puis recommence. Pour quatre minutes.

Dans ces conditions, pas facile pour Lucie Henebelle, fraîchement promue lieutenant à la brigade criminelle de Lille, de trouver par qui la jeune femme vient d’être agressée. Et de comprendre la signification des mots gravés au creux de sa paume : « Pr de retour ».

La clé de cette affaire jamais résolue réside dans la mémoire fragmentée de Manon. Une mémoire à laquelle plus personne n’a accès, pas même l’intéressée…

 

A chaque fois que je lis un roman de Franck Thilliez, la même question me vient à l’esprit : « Mais où va-t-il chercher tout ça ? » Il est clair que cet homme-là déborde d’imagination ! L’intrigue est complexe, toujours, et on pourrait craindre qu’elle donne lieu à des situations abracadabrantes. Mais ce serait douter du talent de l’écrivain qui maîtrise son histoire jusqu’au bout. A travers ce roman, Franck Thilliez explore de manière fascinante cette fonction essentielle du cerveau humain qu’est la mémoire et réussit à rendre captivantes les explications scientifiques qui ponctuent le récit. Le lecteur est entraîné dans une enquête haletante où les faux-semblants sont légion et la résolution de l’énigme est vraiment exceptionnelle !

 

 

L’œuvre en quelques mots…

 

« - On ne peut pas noter les sentiments dans le NTech, ni le bonheur, ni les pleurs, ni le vécu. Juste de l’information procédurale. Des mots anonymes, froids, sans substance. L’amnésie, c’est vivre seul… et mourir seul. De cette soirée, je ne pourrai retenir que ce qui est noté et enregistré là. Je vais apprendre les faits essentiels par cœur, jusqu’à en constituer une espèce de souvenir aveugle, sans image. Comme si j’apprenais des numéros de téléphone ou des plaques d’immatriculation. » (p.107)

 

Partager cet article

Repost 0

Le mardi sur son 31 #12

Publié le par calypso

 

Le mardi sur son 31

 

 

Aujourd’hui, je lis Millénium, T3 : La Reine dans le palais des courants d’air de Stieg Larsson et voici la citation que j’ai dénichée à la page 31 :

 

 

Elle attrapa son téléphone portable et pianota le numéro de son frère, Mikael Blomkvist. Un message lui répondit que l’abonné était injoignable. Elle ressentit une pique de crainte. Mikael l’avait appelée la veille au soir, en route pour Göteborg. Il était à la recherche de Lisbeth Salander. Et d’un meurtrier du nom de Ronald Niedermann.

 

 

Pourquoi ce choix ? Pas grand-chose à se mettre sous la dent dans cette page… si ce n’est cette citation qui résume la situation. Voilà un moment que je m’étais promis de me plonger dans le dernier tome de Millénium. C’est chose faite !

 

 

Pour plus d’informations sur ce rendez-vous hebdomadaire, cliquez sur l’image.

 

Publié dans Blabla en tout genre

Partager cet article

Repost 0

Challenge Un mot, des titres - Résultat du concours (Partenariats #5, 6 et 7)

Publié le par calypso

 

Un mot des titres

 

 

La Fille à l'étoile d'or, Les Filles de l'ouragan, La Fille de papier, La Jeune Fille à la perle, Deux filles sur le toit, La Petite Fille de Monsieur Linh sont les titres que vous m'avez proposés. Cette fois-ci, parsonne n'a réussi à trouver mon titre, il faut reconnaitre que c'était particulièrement difficile !

 

Voici sans plus tarder les trois gagnants désignés par tirage au sort...

 

 

En avant les filles

 

 Pomm

 

 

 

Mauvaise fille

 

Rose

(nouveau tirage au sort)

 

 

 

La vie réelle des petites filles

 

Luna

 

 

Merci de m'envoyer au plus vite vos adresses.

N.B. : Si une adresse ne me parvient pas, je procèderai à un nouveau tirage au sort.

 

Un très grand merci aux éditions Nathan, Folio et au Livre de Poche pour leur confiance et leur implication dans ce challenge.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Laurence Schaack et Goulven Hamel, Le Béton qui coule dans nos veines

Publié le par calypso

 

Laurence-Schaack---Le-beton-qui-coule-dans-nos-veines.jpg

 

 

1981, New York. Prince G., jeune graffeur au talent fou, s'engouffre dans un souterrain du métro avec ses bombes de peinture. Quelques instants plus tard, il meurt, renversé par une rame de métro. La police conclut au suicide. Mais, dix ans après, ses amis ne comprennent toujours pas les raisons de sa mort. Il est l'heure pour chacun d'entre eux de découvrir la vérité...

 

Le Béton qui coule dans nos veines est un roman dans lequel j’ai eu un peu de mal à entrer et ce n’est pas une surprise puisque le milieu auquel se sont intéressés les auteurs ne m’attire pas forcément. Mais je suis curieuse de tout et la collection Backstage de Nathan est justement faite pour les curieux ! Extrêmement bien pensée, elle a pour ambition de présenter, à travers chaque roman, un courant musical différent. Un dossier très complet vient d’ailleurs clore chaque histoire : chronologie, discographies, biographies, tout est fait pour que le lecteur se cultive tout en se distrayant ! Si l’histoire principale provient de l’imagination de chacun des auteurs, certains événements et personnages sont tirés de la réalité, le but étant d’ancrer au maximum les faits racontés dans l’histoire du courant musical en question. Evidemment, la première et la quatrième de couverture ne pourraient être plus éloquentes : ici, c’est bien dans l’univers du hip-hop et des arts de la rue, que les auteurs, Laurence Schaack et Goulven Hamel, nous invite à entrer. Je ne sais pas si je suis parvenue à entrer complètement dans cet univers, si j’ai réussi à distinguer tous les personnages et j’ignore si ce roman me restera longtemps en mémoire, mais je peux toutefois affirmer qu’il est d’une grande qualité et parfaitement respectueux du concept de la collection. Dans ce roman, le langage est familier, les mots sont des cris et les phrases des strophes, incisives, brutales, libérées de tout carcan. J’ai vraiment été impressionnée par la parfaite adéquation entre le style d’écriture et l’histoire racontée. Les auteurs sont très doués ! Par ailleurs, si j’ai parfois eu l’impression que l’histoire piétinait, alourdie par des références historiques pourtant nécessaires, j’ai réellement apprécié la révélation finale, je l’ai trouvée belle et très touchante, elle donne au roman une dimension particulière.   

 

 

 

Nathan

  

L’œuvre en quelques mots…

 

«  Le cœur de Morton ne bat plus. Sa nuque est raide, soudainement soudée à sa colonne vertébrale par la tension des centaines de muscles tétanisés. Il est trop tard pour actionner les freins d’urgence, mais il serre quand même au maximum, frénétiquement, alors que la silhouette se rapproche à toute vitesse du pare-brise. C’est un garçon, en jean et baskets. Il porte un sac à dos. Il va se fracasser contre la rame. » (p.14-15)

 

Partager cet article

Repost 0

Le mardi sur son 31 #11

Publié le par calypso

 

 

Le mardi sur son 31

 

 

 

Aujourd’hui, je lis Les Filles au chocolat, T1 : Cœur cerise de Cathy Cassidy et voici la citation que j’ai dénichée à la page 31 :

 

 

- Qu’est-ce que tu dirais… si on quittait Glasgow ? Pour aller vivre dans le sud de l’Angleterre avec Charlotte ? On pourrait l’aider à tenir le bed and breakfast et monter cette fameuse fabrique de chocolats. Et puis… Cherry, on serait à nouveau une vraie famille…

Qu’est-ce que j’en disais ? J’avais l’impression de recevoir tous mes cadeaux de Noël et d’anniversaire en même temps !

 

 

Pourquoi ce choix ? Cette citation, pleine de fraîcheur, résume en quelque sorte le début du roman : le père de Cherry, 13 ans, est amoureux d’une nouvelle femme et souhaite la rejoindre dans cette grande maison du sud de l’Angleterre où elle élève seule ses quatre adolescentes. C’est le début d’une nouvelle vie pour Cherry mais trouver sa place risque de ne pas être évident ! Rappelez-vous, je vous parlais en mars dernier du second tome de la série, Cœur guimauve. Je vais désormais connaître le début des aventures des cinq filles au chocolat !

 

 

Pour plus d’informations sur ce rendez-vous hebdomadaire, cliquez sur l’image.

 

 

Publié dans Blabla en tout genre

Partager cet article

Repost 0

Eva Almassy, Petit éloge des petites filles

Publié le par calypso

 

Eva-Almassy---Petit-eloge-des-petites-filles.jpg

 

 

Que savent les petites filles que l’on ne sait pas ? Ce qui revient à se demander ce que l’on sait d’elles, un beau paradoxe.

 

Voici un petit livre qui trainait dans ma bibliothèque depuis trois ans environ. Même si d’autres livres « fille(s) » me tentaient davantage, je me suis dit que c’était enfin le moment de l’en sortir…

J’ai d’abord lu les soixante-dix premières pages de cet essai sans prendre de notes, avant de le laisser complètement tomber, ayant eu peu de temps à accorder à la lecture ces dernières semaines. Je dois aussi avouer que, dès les premières pages, j’ai senti que j’allais être très déçue par ce texte qui semblait pourtant prometteur. Mais j’ai préféré m’obstiner (après tout, on n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise) plutôt que de choisir un autre titre et je m’empresse dès à présent de vous livrer mes impressions sur ce Petit éloge des petites filles.

Cinq parties le composent et laissent à penser que la réflexion sera organisée et progressive : I. Etre, II. Savoir, III. Vraies princesses, IV. Filles d’Eve, V. Invités. La première partie s’ouvre sur un tableau âge/taille/poids qui n’est nullement commenté et je m’interroge encore sur sa réelle utilité. Passons. Arrivent les premiers mots : « Je tiens les petites filles pour les êtres les plus parfaits sur terre, mais on m’a entendue dire la même chose des tigres, il va falloir argumenter. » (p.11) Allons bon. On attend donc impatiemment l’argumentation en question. Malheureusement, les premières pages à peine tournées, me voici saisie d’un véritable mal de tête. J’exagère à peine, jugez plutôt : « Ce qu’elles comprennent est compris dans leur être. Inter- « entre », interior « plus entre », intimus « le plus entre ». L’intérieur étant comparatif, l’intime serait superlatif. Une question d’intériorité, de « dedans », mais je tiens au mot « entre ». Dans ce comprendre et ce savoir, ce qui compte avant tout est « interpersonnel ». L’intime, et l’appel fait à l’intime de l’autre. » (p.11-12) Vous suivez ? S’ensuivent alors différentes petites sections qui nécessitent que le lecteur s’accroche solidement : si l’auteure semble avoir pris plaisir à choisir ses mots et construire ses phrases, on finit par se demander si cela n’est pas fait en dépit du sens. Moi, en tout cas, je n’ai pas tout compris. Morceau choisi : « Non seulement l’intime est superlatif mais la petite fille est le superlatif de ce superlatif qu’est l’intime. » (p.12) Les tentatives poético-philosophiques sont (trop) nombreuses et participent à la confusion générale. Quel lien y a-t-il entre certaines idées développées ? On perd le fil, à de nombreuses reprises. Les références littéraires et cinématographiques, entre autres, se bousculent, on ne sait plus où donner de la tête. L’espoir est là pourtant : la seconde partie sera-t-elle meilleure que cette première dont je n’ai rien retenu ? Espoir déçu. Je continue à me demander où l’auteur veut en venir, j’ai du mal à saisir les intitulés « Etre » et « Savoir ». Je ne sais plus qui parle, si c’est l’auteure elle-même ou si elle fait une citation, et surtout, je finis par ne plus savoir de quoi on parle… La troisième partie part du postulat selon lequel « toutes les petites filles sont des princesses » (p.75) et évoque brièvement des anecdotes au sujet de petites filles, princesses ou non, réelles ou imaginaires, certaines intéressantes, d’autres insignifiantes. La quatrième partie est quant à elle très largement autobiographique, elle s’éloigne du reste de l’essai, mais elle est beaucoup plus claire. Dans la cinquième partie, cinq invités livrent un court texte sur le thème des petites filles. Là encore, les cinq textes sont inégaux et on peine à voir l’utilité de certains d’entre eux… Celui qui m’a le plus convaincue a été rédigé par le seul « invité » masculin. Finalement, l’humour que je m’attendais à trouver dans cet essai est absent. Petit éloge des petites filles est un ouvrage lourd et bien compliqué pour des êtres qui ne sont que légèreté.

 

 

L’œuvre en quelques mots…

 

« Innombrables infinies petites filles des cinq continents qui peuplent la terre de rires d’oiseaux en tissant autour de leurs millions de doigts des berceaux de chat avec d’infinies ficelles. » (p.14)

 

« Tout le monde connaît ce vers de Mallarmé, oraison funèbre d’une petite fille : « elle a vécu ce que vivent les roses, l’espace d’un matin ». Donc le temps. La petite fille est d’essence temporelle, et son temps est bref, volatil, même si elle a de ces longs regards ombrés de cils infinis. » (p.31)

 

 

Un mot des titres

Partager cet article

Repost 0

Challenge Un mot, des titres - Session 9 - Les billets

Publié le par calypso

 

Un mot des titres

 

 

« Une fille qui rit,

C’est la musique la plus belle du monde ! »

Yves Thériault

 

 

 

Voici les billets de cette neuvième session :

 

- Riz-Deux-ZzZ : La Fille américaine de Monika Fagerholm 

- Aproposdelivres : La Fille de l'hiver d'Eowyn Ivey et Les Filles de l'ouragan de Joyce Maynard 

- Liyah : En avant les filles ! de Sandrine Mirza et Isabelle Maroger 

- Odwy : La Fille sauvage de Jim Fergus 

- Paikanne : Quatre filles et un jean, T5 : Pour toujours d'Ann Brashares 

- Reveline : Les Filles de Mr Darcy d'Elizabeth Aston et La Fille de braises et de ronces, T1 de Rae Carson 

- Ramettes : La Fille du capitaine d'Alexandre Pouchkine et La Petite Fille de Monsieur Linh de Philippe Claudel 

- Gr3nouille2010 : Pour sauver ma fille de Marie Joly 

- Astrid : Une fille comme ça de Sarah Zarr 

- Anne : La Fille du samouraï de Dominique Sylvain 

- Solenn : La Famille trop d'filles, T1 : Anna et T2 : Bella de Susie Morgenstern et Clotka 

- Minou : Les Filles de l'ombre de Mathieu Terence et Une sainte fille et autres nouvelles de Franz Bartelt  

- Sharon : L'Autre Fille d'Annie Ernaux et Les Filles du samouraï, T1 : La Trahison de Maya Snow 

- Bouma : La Plus Belle Fille du monde d'Agnès Desarthe et 2 filles sur le toit d'Alice Kuipers 

- Adalana : La Fille tatouée de Joyce Carol Oates 

- Sunflo : La Trilogie des gens de la foire médiévale, T1 : La Fille du berger des arbres de Gillian Summers

- Natiora : Tu n'es pas la fille de ta mère d'Elisabeth Quin 

- Miss Bunny : Saga Quatre filles et un jean (cinq tomes) d'Ann Brashares 

- Sayyadina : La Fille des enfers, T1 de Miyuki Etô et Les Filles de Mr Darcy d'Elizabeth Aston 

- Falline : La Fille du soleil noir, T1 : Esprits impurs de M.L.N. Hanover et La Fille automate de Paolo Bacigalupi 

- BeL : La Fille du directeur de cirque de Jostein Gaarder 

- Chookette : Fille des Chimères, T1 de Laini Taylor et La Fille du marais de Franny Billingsley  

- Felina : Fille noire, fille blanche de Joyce Carol Oates 

- Julianany : La Fille qui ne croyait pas aux miracles de Wendy Wunder 

- Book-Worm : La Fille qui ne croyait pas aux miracles de Wendy Wunder  

- Vepug : Filles de lune, T1 : Naïla de Brume d'Elisabeth Tremblay 

- Juliah : Fille des Chimères, T1 de Laini Taylor 

- Moody : 2 filles sur le toit d'Alice Kuipers et Une fille à la mer de Maureen Johnson 

- Mandy88 : Jamais sans ma fille de Betty Mahmoody 

- XL : Ce que veulent les filles de Leigh Rilker 

- Fleurdusoleil : La Jeune Fille à la perle de Tracy Chevalier 

- Achille49 : Mère et fille, un roman d'Eliette Abécassis et Jeune fille d'Anne Wiazemsky 

- Yumiko : Les Filles de Lori Lansens 

- Kynicky : La Fille du pertuis de Maurice Bouchet 

- Lux Oxa : Quatre filles et un jean, T1 : Le Premier Eté d'Ann Brashares 

- Ananas : Les Filles de la nuit, T1 : Déesse de la nuit de Lynne Ewing 

- Karine : Quatre filles et un jean, T5 : Pour toujours d'Ann 

- Opaline : La Fille d'en face de Linda Amyot 

- Malo : Totto-Chan la petite fille à la fenêtre de Tetsuko Kuroyanagi 

- Une Comète : La Fille de son père d'Anne Berest 

- Plumisa : Une fille dans la ville de Flore Vasseur 

- Bambi_slaughter : Filles de lune, T1 : Naïla de Brume d'Elisabeth Tremblay 

- Titepomme : Filles de lune, T5 : L'Héritier d'Elisabeth Tremblay

- Mamoun : Une jeune fille bien comme il faut d'Ysabelle Lacamp 

- Luna : A l'ombre des jeunes filles en fleurs de Marcel Proust 

- Morgane : Deux petites filles en bleu de Mary Higgins Clark 

- Stephie : Les Filles d'Estoril de Margarida Rebelo Pinto 

- Cacahuete : La Fille de papier de Guillaume Musso 

- Pimousse4783 : La Fille de papier de Guillaume Musso 

- Mycoton32 : Le Cercle des immortels, T3 : La Fille du shaman de Sherrilyn Kenyon 

- Laure : La Jeune Fille à la perle de Tracy Chevalier 

- Fred : Ronya, fille de brigand d'Astrid Lindgren et La Fille de papa Pèlerine de Maria Gripe 

- Didikari : La Fille tatouée de Joyce Carol Oates 

- Etoilla : Une petite fille trop gâtée d'Ann Rule 

- TetedeLitote : Fille noire, fille blanche de Joyce Carol Oates 

- Mariejuliet : La Fille de papier de Guillaume Musso 

- Pomm : Quatre filles et un jean, T3 : Le Troisième Eté d'Ann Brashares 

- Emma : La Petite Fille qui voulait devenir papillon ! d'Elisabeth Robert et Cécile Vallée 

- Joanna : La Petite Fille dans le placard de Marie Lincourt 

- Philippe D : Une petite fille trop gâtée d'Ann Rule 

- Itzamna : Jamais sans ma fille de Betty Mahmoody 

- Belledenuit : La Fille de papier de Guillaume Musso 

- Hanaelle : Les Petites Filles modèles de la Comtesse de Ségur 

- Mypianocanta : Les Filles de Mr Darcy d'Elizabeth Aston et Quatre filles et un jean, T1 : Le Premier Eté d'Ann Brashares 

- Platinegirl : En avant les filles ! de Sandrine Mirza et Isabelle Maroger   

- MyaRosa : La Famille trop d'filles, T5 : Elisa de Susie Morgenstern et Clotka 

- Titoulematou : La Petite Fille de Monsieur Linh de Philippe Claudel 

- Piplo : Les Petites Filles modèles de la Comtesse de Ségur 

- Sharynn : La Petite Fille de Monsieur Linh de Philippe Claudel 

- Valérie : Fair maiden de Joyce Carol Oates 

- Mimi54 : La Petite Fille de Monsieur Linh de Philippe Claudel 

- Mandorla : La Petite Fille de Monsieur Linh de Philippe Claudel

- Azilis : Cygne noir, T1 : Fille de l'orage de Richelle Mead   

- Mariejo : Fille du destin d'Isabelle Alende

- Lou40 : La Petite Fille au bout du chemin de

- Binou : Filles de Shangaï de Lisa See

- Aidoku : Role Playing Girl de Kome Akita  

- Poison au chocolat : La Fille de son père d'Anne Berest

- Calypso : Petit éloge des petites filles d'Eva Almassy 

 

Partager cet article

Repost 0

Challenge Un mot, des titres - Session 10

Publié le par calypso

 

Un mot des titres

 

 

36 propositions m’ont été faites au cours de ce dernier mois et demi. Certains mots sont revenus, d’autres ont fait leur apparition. J’aime vous voir vous creuser les méninges ! Cette fois-ci, un mot a été proposé deux fois, un autre trois fois. Vous pouvez donc constater à quel point la variété des mots proposés est importante !

 

Ce qui est drôle, c’est qu’hier, lorsque j’ai procédé au tirage au sort, nous étions le vendredi 13.

 

Y a-t-il des superstitieux parmi vous ?

 

Parce qu’il se trouve que j’ai tiré au sort le numéro 13…

 

et le mot correspondant est…

 

 

ENFANT

 

 

Ne dit-on pas que le hasard fait bien les choses ? En effet, il ne s’est pas déroulé une seule session sans que ce mot ne soit proposé au moins une fois… C’est Kynicky qui m’a fait cette treizième proposition, mais elle n’est pas la seule : Astrid et Mamoun avaient également choisi ce mot. Merci les filles !

 

Nous rendrons notre copie le 1er septembre, rentrée oblige ! Et, comme toujours, le prochain mot sera annoncé la veille, soit le 31 août.

 

Je rappelle que vous pouvez proposer toutes sortes de mots, pas uniquement des noms.

 

Si ce mot vous tente et que vous souhaitez participer à cette session, n’hésitez pas à vous inscrire dès à présent.

 

Et on n'oublie pas de souffler la première bougie du Challenge ! Il y a un an, rappelez-vous, nous publiions nos premiers billets ! 

 

Challenge un an

 

  Merci à tous !

 

  

 

 

Liste des participants pour la dixième session :

 

- Ramettes 

- Morgane 

- Mimipinson

- Emma

- Adalana

- Sunflo

- Anne

- Riz-Deux-ZzZ

- Mariejuliet

- Solenn

- Sharon

- Astrid

- Gr3nouille2010

- Fred

- Piplo

- Une Comète

- Bouma

- XL

- Opaline

- Itzamna

- Malo

- Nanajoa

- BeL

- MyaRosa

- Mamoun

- Falline

- Sayyadina

- Mypianocanta

- Yumiko

- Natiora

- Fleurdusoleil

- Odwy

- Achille49

- Hanaelle

- Miss Bunny

- Faustine

- Sharon

- Mandy88

- Juliah

- Julianany

- Moody

- Nelfe

- Gwenolet

- TetedeLitote

- Pimousse4783

- Isallysun

- Karine

- Liyah

- Laure

- Reveline

- Aproposdelivres

- Ananas

- Steph

- Philippe D

- Titepomme

- Plumisa

- Bambi_slaughter

- Kynicky

- Book-worm

- Pomm

- Felina

- Vepug

- Love-of-book

- Noukette

- Valérie

- Mandorla

- Luna

- Léontine

- Etoilla

- Titoulematou

- Salsera15

- Azalée

- Lou40

- Binou

- Belledenuit

- Faurelix

- Paikanne

- Herbe folle

- Valentyne

- Maxo0

- DeL   

- Calypso

 

Partager cet article

Repost 0

Le mardi sur son 31 #10

Publié le par calypso

 

Le mardi sur son 31

 

 

Aujourd’hui, je lis Tigre, tigre ! de Margaux Fragoso et voici la citation que j’ai dénichée à la page 31 :

 

 

- Ça m’est égal. Ils ne massacrent pas les gens à la hache, non ?

- C’est une famille vraiment sympa. Des gens vraiment sympa. Une famille adorable.

- Tout est vraiment sympa avec toi. Des gens vraiment sympa. Tout est vraiment adorable.

 

 

Pourquoi ce choix ? Malheureusement, il n’y a rien dans cette page qui reflète la puissance de l’histoire racontée. Les parents de la narratrice discutent ici d’une famille que la mère et la fille ont commencé à côtoyer. C’est un roman dont la sortie est prévue pour le 29 août 2012, au sujet duquel je n’avais pas la moindre indication. J’ai compris, dès les premières pages, ce qui m’attendait. Et je peux vous dire que c’est un des romans les plus durs qu’il m’ait été donné de lire. Je poursuis ma lecture, animée d’une grande émotion, pour partager avec l’auteure ce qu’elle a eu besoin de confier.

 

 

Pour plus d’informations sur ce rendez-vous hebdomadaire, cliquez sur l’image.

 

Publié dans Blabla en tout genre

Partager cet article

Repost 0