Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Nancy Houston, Instruments des ténèbres

Publié le par calypso

 


« Bientôt cinquante ans : suis-je vieille ? D'après Stella, on soit qu'on commence à vieillir quand les gens cessent de vous traiter d'"épatante" et se mettent à vous traiter de "brave" ou de "pétillante"… Mais pour le moment il me semble que ma beauté, plutôt que se faner ne fait que s'infuser comme du bon thé, devenant chaque jour plus âpre et plus savoureuse. Combien d'hommes ont rendu visite à mon corps ? »

Une Américaine, écrivain, décide de retracer le parcours de jumeaux orphelins nés au XVIIIe siècle. Peu à peu, la vie de la narratrice rejoint l'histoire qu'elle a entrepris de raconter. A travers plus de deux siècles, Nadia et Barbe deviennent jumelles dans la négation de leur identité et de leur souffrance.

 

Voici mon premier roman de Nancy Houston et j’avoue être déçue. J’ai lu tellement de bien, sur divers blogs, au sujet de cette auteure d’origine canadienne que j’en attendais beaucoup. Peut-être que tout le monde n’arrive pas à entrer dans son univers ? Peut-être n’ai-je pas commencé par le bon roman ? Quoi qu’il en soit, ce premier rendez-vous est un échec.

Quand on apprécie seulement la moitié d’un livre, peut-on dire qu’on l’a apprécié ?…
Instruments des ténèbres est construit en diptyque : d’un côté nous suivons la narratrice, Nadia, de l’autre nous marchons sur les traces de deux jumeaux, Barbe et Barnabé, au XVIIIe siècle. Dès la naissance, les jumeaux connaissent le malheur puisque leur mère décède. Barnabé est élevé dans un prieuré, comme d’autres orphelins de la région, Barbe est prise en charge par la meilleure amie de sa mère. Mais cette dernière meurt et la petite fille passera de village en village avant de trouver un peu de stabilité chez une aubergiste qui a une fille de son âge. Alors que Barnabé évoluera dans la tranquillité de son prieuré, Barbe connaitra la misère et tout ce qu’elle peut avoir de plus sordide. Les chemins des jumeaux se croiseront très rarement, jusqu’au sacrifice final. Nadia, elle, écrit parce qu’elle a « besoin de confronter la mort de [son] frère jumeau, et la catastrophe du mariage de [ses] parents. » Inutile donc de préciser que le roman qu’elle écrit est en partie lié à sa vie. Si Nadia apparait, au début du roman, cynique et indifférente à tout, elle déclare à la fin n’avoir « plus de place pour la haine ». Le pari est donc gagné et un nouveau départ est permis par l’écriture.

Alors quoi ? Qu’est-ce qui m’a bloquée ? Eh bien, si j’ai beaucoup apprécié l’histoire de Barbe et Barnabé, je n’ai pas aimé les passages méditatifs de Nadia, j’ai même souffert à leur lecture, attendant impatiemment de découvrir la suite des aventures des jumeaux. Car il y est question de dieu, de dieu, de dieu… enfin j’exagère peut-être, mais les nombreuses digressions de la narratrice sur son « témoin » m’ont particulièrement rebutée.

 

Les avis très différents de Sophie et Rose.

 

 

L’œuvre en quelques mots…

 

« Chacun de nous transporte en soi le centre de l’univers. »
 

Partager cet article

Repost 0

Yes we can

Publié le par calypso

Bon, il faut bien le reconnaître, en ce moment je publie davantage de billets concernant des challenges que de critiques. Il faut m'en excuser : d'une part, je suis très prise, d'autre part les blogueuses semblent avoir été touchées par le dieu de l'inspiration et ne cessent d'inventer de nouveaux challenges, plus tentants les uns que les autres.

Aujourd'hui, c'est
Bouh qui nous propose un nouveau challenge. Evidemment, elle a préparé ses arguments : une liste d'oeuvres parmi lesquelles certains titres sont sur ma LAL depuis un bout de temps, un délai généreux (31/12/2010) et un logo que j'adore (je participe car je veux ce logo sur mon blog !).

Ah oui, j'oubliais l'essentiel : le challenge porte sur la littérature américaine du XXe siècle !


 



Je m'engage à lire 1 oeuvre dans la liste établie par Bouh, on verra si j'ai le temps d'en lire d'autres. Mais j'imagine que d'autres challenges vont encore fleurir, alors je me réserve...
 

Publié dans Blabla en tout genre

Partager cet article

Repost 0

Les coups de coeur de la blogosphère

Publié le par calypso

Encore un challenge ! Cette fois-ci, il est à l'initiative de Theoma.
Le Tag littéraire qui a fleuri ces derniers temps sur la blogosphère contenait la question suivante : Quel livre aimerais-tu faire découvrir au monde entier ?
Theoma en a fait un défi pour les plus courageux/ses d'entre nous ! Il s'agit de lire avant le 30 juin 2011, deux livres parmi les coups de coeur des lecteurs et lectrices compulsifs que nous sommes.
L'idée est très bonne, j'avais d'ailleurs l'intention, à titre personnel, de répertorier tous ces coups de coeur afin d'agrandir (bien qu'elle n'en ait pas besoin) ma LAL.

Plus de détails en suivant le lien :
ici.

J'ai déjà choisi La mécanique du coeur recommandé par
Lael et Une mort si douce recommandé par Vilainefifi. Bon, c'est facile, ils sont dans ma PAL ! Mais j'en lirai d'autres dans tous les cas !


Edit du 28 décembre :

Je rajoute à ma liste : Hunger games de Suzanne Collins recommandé par Clarabel et Gawou.


 


 

Publié dans Blabla en tout genre

Partager cet article

Repost 0

Challenge 2 euros

Publié le par calypso

Bon, au départ, j'avais dit non... Et puis en fait, pourquoi pas ! Je n'avais pas vu que le challenge s'appliquait également aux Librio. Si je n'ai qu'un Folio 2€ dans ma PAL, j'ai en revanche cinq Librio qui m'attendent.

Ma mini-PAL pour ce challenge qui, rappelons-le, est sans limite de temps :

- Folio 2€ : "Leurs yeux se rencontrèrent..."
- Librio : La dimension fantastique 1, La dimension fantastique 2, La dimension fantastique 3, La dimension fantastique 4, "La Vénus d'Ille" et autres nouvelles...

Je viens de faire un tour sur Amazon et j'ai commandé : Petit éloge des petites filles d'Eva Almassy et Une Rose pour Emily et autres nouvelles de William Faulkner.

Merci à
Cynthia pour ce challenge qui a l'air de remporter un grand succès !!!

Je me permets de vous conseiller la Lettre au père de Kafka (folio 2€).


 

Publié dans Blabla en tout genre

Partager cet article

Repost 0

Odile Weulersse, Le chevalier au bouclier vert

Publié le par calypso

 

Pour avoir sauvé des brigands la fille du comte de Blois, l'écuyer Thibaut de Sauvigny est adoubé chevalier. Amoureux de la balle, sa pauvreté ne lui permet pas de l'épouser. Mais une nouvelle menace guette : Eléonore comprend que sa propre sœur veut sa mort ! Cette fois la seule alliée des jeunes gens sera la fée Hadelize. S'ils la trouvent à temps...

J'avais entendu dire beaucoup de bien du Chevalier au bouclier vert et je comprends pourquoi. C'est un roman bien écrit, très précis, riche en aventures, qui saura plaire à tous les enfants et jeunes adolescents. Idéal pour leur faire découvrir une époque, le Moyen Age, et les faire entrer dans un univers particulier, celui des chevaliers, des combats, des fées...



L'oeuvre en quelques mots...

 

« Le temps passe lentement. La nuit est tombée et l'église est très obscure. La lumière des cierges fait danser les ombres des statues. Thibaut est fatigué de rester immobile et a grande envie de remuer ses jambes. Il se met à genoux pour changer de position et contemple longuement la croix. Il pense à Dieu qui le regarde du haut du ciel. Saura-t-il être un bon soldat du Christ ? Saura-t-il combattre pour le roi et pour l'Eglise ? Sera-t-il un homme d'honneur jusqu'à sa mort ? »

 

Partager cet article

Repost 0

Challenge J'aime les classiques

Publié le par calypso


Un nouveau défi a été lancé cette semaine par Mariel. Vous avez sans doute déjà aperçu ce logo sur d'autres blogs (superbe logo, au passage... comment résister ?).

 




L'objectif: lire un Classique par mois
Sont acceptés : les recueils de nouvelles, le théâtre, les romans, la poésie.
"Couverture temporelle" : de l'Antiquité à 1960.


Le principe:
1/ Vous choisissez un "Classique" (et vous le lisez!).
2/ Vous écrivez un billet sur le dit classique (à publier à la fin de chaque mois).
3/ Vous  le signalez à Mariel en commentaire (lien vers le billet et livre choisi).
4/ A la fin de chaque mois, elle publie la liste des Classiques et les liens vers les billets.

Le challenge commencera en décembre et durera un an.

Je relève le défi ! Et vous ???

Plus de détails sur le blog de Mariel.

 

Publié dans Blabla en tout genre

Partager cet article

Repost 0

Tag littéraire

Publié le par calypso

Voici un tag qui a fleuri sur la blogosphère il y a quelques temps. La charmante Anneso m'ayant taguée, je me vois dans l'obligation de répondre. Je ne tague personne en retour car je sais que vous êtes déjà très nombreux/ses à avoir répondu à ce tag !


- A quel livre dois-tu ton premier souvenir de lecture ?
Je n'ai pas une mémoire excellente. Les livres que j'ai lu toute petite, je ne m'en souviens pas. Je me souviens toutefois des livres de la Comtesse de Ségur (Un bon petit diable, Les petites filles modèles...) que je possède toujours, ainsi que d'un livre intitulé Jody et le faon de la bibliothèque verte, qui est lui aussi coincé quelque part sur mes étagères. 

Edit de 11h37 : après avoir eu une illumination, je me vois dans l'obligation de vous montrer, en image, ce qui constitue MON 1er souvenir de lecture :


 


Qu'est-ce que j'ai aimé ce livre, il fallait chercher Spot en soulevant des petites images !

- Quel est le chef-d'oeuvre officiel qui te gonfle ?
Je réfléchis mais je ne vois pas... Je suis sûre que certains me gonfleraient, mais je ne les ai pas encore lus :)

 - Quel classique absolu n'as-tu jamais lu ?
Comme certaines blogueuses : Les Misérables de Victor Hugo. Il est aussi dans ma bibliothèque, mais je viens de commencer la version abrégée (pour le boulot). J'avais déjà lu des éditions pour la jeunesse (je revois encore les couvertures) qui traitaient d'un personnage à la fois.
Et puis L'Assommoir, et tant d'autres...

- Quel est le livre, unanimement jugé mauvais, que tu as "honte" d'aimer ?
Je n'ai jamais honte d'aimer un livre, au contraire !

 - Quel est le livre que tu as le sentiment d'être la seule à aimer ?
C'est marrant, mais comme Anneso, c'est Marc Levy qui m'est venu à l'esprit. J'ai lu il y a quelques années Et si c'était vrai et j'avais beaucoup apprécié à l'époque. Je trouverais peut-être ça cucul la praline maintenant...

 - Quel livre aimerais-tu faire découvrir au monde entier ?
Le Livre de ma mère d'Albert Cohen. Sinon, dans un autre registre, les romans d'Agatha Christie.

 - Quel livre ferais-tu lire à ton pire ennemi pour le torturer ?
Je n'ai pas d'ennemi, mais sinon je dirais La Bible.

 - Quel livre pourrais-tu lire et relire ?
Dur dur... je dirais encore Le Livre de ma mère. Je suis certaine que je prendrais du plaisir à relire les Harry Potter par exemple, mais une fois qu'on connait l'histoire... alors que des oeuvres comme Le Livre de ma mère nous apportent toujours quelque chose et on peut les relire à l'infini.

 - Quel livre faut-il lire pour découvrir un aspect de ta personnalité ?
Je bloque !

 - Quel livre t'a fait verser ta plus grosse larme ?
Dernièrement, j'ai versé une petite larme en lisant Où on va, papa ? J'ai dû en verser d'autres mais je ne m'en souviens pas.

 - Quel livre t'a procuré ta plus forte émotion érotique ?
Je ne vois pas, même si je comprends pourquoi certaines ont répondu La bicyclette bleue !

 - Quel livre emporterais-tu sur une île déserte ?
La Recherche : ça m'occuperait un moment, le temps de déchiffrer les looooonnngues phrases...

 - De quel livre attends-tu la parution avec la plus grande impatience ?
Après avoir lu quelques articles sur Hunger Games, j'avoue attendre avec impatience la sortie en poche.

 - Quel est selon toi le film adapté d'un livre le plus réussi ?
Pour avoir lu les 50 premières pages du Seigneur des anneaux sans réussir à poursuivre ma lecture, je dirais que l'adaptation est plus que réussie.
Je suis souvent déçue par les adaptations, mais j'ai également trouvé qu'Un secret rendait bien à l'écran.
Un mot aussi sur Un long dimanche de fiançailles : j'aime tellement le film que je ne veux pas, pour le moment, lire le livre (j'aurais peur, pour une fois, d'être déçue dans l'autre sens).


 


 

Publié dans Blabla en tout genre

Partager cet article

Repost 0

Hayat El Yamani, Rêve d'envol

Publié le par calypso


Ce blog a décidé de s'associer à un projet ambitieux : chroniquer l'ensemble des sites de la rentrée littéraire !  Vous retrouverez donc aussi cette chronique sur le site Chroniques de la rentrée littéraire qui regroupe l'ensemble des chroniques réalisées dans le cadre de l'opération. Pour en savoir plus c'est ici.

 

« Ce n'est pas ton frère qui est mort, c'est toi ! Et tu prendras sa place dans cette école ! »

Cette phrase inouïe, prononcée par ma mère en pleine détresse, me fit l'effet d'une déflagration. Mon frère venait de mourir noyé, l'équilibre familial de voler en éclats, mais je n'avais pas le temps de m'attarder sur ma peine, il me fallait d'urgence endosser l'identité du disparu, pour ne pas laisser perdre sa solde de gendarme garantie à vie.

En quelques secondes, ma mère avait pensé la chose et me l'avait imposée, la ponctuant sans faillir d'un « c'est pour ton bien ! » Elle qui, d'habitude, se décrivait comme un être faible se révélait soudain dans sa toute-puissance, et moi, je n'ai rien su faire d'autre qu'obéir, donc partir, seul, encombré de deux vies tout en étant déclaré mort.

Hayat El Yamani s'est inspirée d'une histoire vraie pour bâtir son récit, celle d'un jeune homme qui doit prendre la place de son frère décédé. Nous sommes plongé dès les premières pages dans le vif du sujet puisqu'un passage en italique nous expose cette douloureuse histoire d'échange, mal vécue par le personnage principal, Fayçal. Le premier chapitre « Avant » revient sur les quelques jours qui ont précédé le drame. Suivent alors trois chapitres, « La tente », « Le choc », « La lettre », dont les titres ne sont pas sans rappeler l'écriture même de l'auteure : simple et allant à l'essentiel. Ces trois chapitres retracent les circonstances du drame (des préparatifs pour un séjour à la plage) à l'échange d'identité entre les deux frères et s'achèvent par le commencement, à savoir le premier passage en italique dévoilant toute l'incompréhension et la frustration du jeune Fayçal. J'ai beaucoup apprécié cette construction. Le cinquième chapitre relance le récit et, là encore, j'ai beaucoup aimé l'habileté de l'auteure puisqu'il porte un titre qui n'est pas sans rappeler un précédent chapitre : « L'attente », comme si le personnage ne parvenait pas à sortir de sa propre histoire, comme si son destin aurait pu être effacé s'il n'y avait pas eu cette histoire de tente et de mer. La suite du roman nous permet de suivre l'évolution du nouveau Mohammed et d'observer la longue et difficile acceptation de soi quand on a une vingtaine d'années et qu'on livre, chaque jour, un combat identitaire.
Face à cette mère qui lui a donné la vie et la lui a reprise, Fayçal ne parviendra à s'en sortir qu'en redevenant lui-même, et en découvrant son identité auprès d'une autre femme.
Si j'ai beaucoup aimé le début de l'histoire, j'ai toutefois été moins convaincue par la dernière partie du roman. Cela dit, Rêve d'envol est une lecture plutôt agréable.

Un grand merci à
Ulike et aux éditions Anne Carrière !



 



L'oeuvre en quelques mots...

« Anéanti, abasourdi, assommé, je l'écoutai disposer de ma vie, y mettre un terme en quelques phrases pour m'en imposer une qui aurait dû être celle d'un autre, sans même me consulter. Les yeux exorbités, j'ai hurlé à la mort comme un animal blessé mais sans émettre le moindre son, j'ai implosé sans que personne n'entendît le coup de tonnerre qui m'assourdissait.
J'étais seul, et transformé en un sac de cendres aphone. »



L'épigraphe :

« Nul ne peut atteindre l'aube sans passer par le chemin de la nuit. » Khalil Gibran


 

Partager cet article

Repost 0

Elisabeth Robinson, Les Prodigieuses Aventures des soeurs Hunt

Publié le par calypso


La vie dorée d’Olivia Hunt bascule d’un seul coup. Productrice à Hollywood, habituée à tous les avantages des V.I.P., elle vient de se faire renvoyer sans ménagement après l’échec de son dernier film ; quant à son petit ami, Michael, il l’a quittée.
Alors qu’elle s’apprête à rédiger une lettre de suicide bien sentie, Olivia apprend que Maddie, sa sœur bien-aimée, est gravement malade, et elle va se trouver confrontée aux choix les plus difficiles qu’elle ait jamais eu à faire. Imprégné de tout l’amour que deux sœurs peuvent ressentir l’une pour l’autre,
Les Prodigieuses Aventures des sœurs Hunt est à la fois déchirant et comique, tragique et réjouissant.

Lorsque
Blog-o-Book a proposé ce titre pour le partenariat du mois d'octobre avec le Livre de poche, j'avoue que je n'étais pas très emballée par le résumé. Mais le titre me donnait vraiment envie... Je peux dire, maintenant que j'ai achevé la lecture du roman, qu'il est un peu (beaucoup) trop ambitieux... Je m'attendais à autre chose, je n'ai pas vraiment apprécié cette lecture (des longueurs à n'en plus finir), j'ai même eu du mal à aller jusqu'au bout.
Les Prodigieuses Aventures des soeurs Hunt, c'est avant tout un roman épistolaire des temps modernes : on y trouve des lettres, mais également des fax, des mails... mais c'est une correspondance à sens unique : seuls les courriers écrits par Olivia Hunt, le personnage principal, nous sont offerts. Cela devient très vite lassant.
J'ai eu l'impression, au fil de ma lecture, que l'auteur avait écrit deux romans en un. Deux histoires s'entremêlent : celle de Maddie (Madeline) Hunt, soeur d'Olivia, atteinte d'une leucémie, et celle d'Olivia : nous la suivons dans l'élaboration d'un projet cinématographique autour de l'adaptation de Don Quichotte, nous sommes les témoins de ses mésaventures et déboires amoureux... mais, franchement, rien de bien palpitant. Une impression de fourre-tout en somme.
Honnêtement, ces « prodigieuses aventures » - je reviens encore et toujours sur le titre - passent un peu à la trappe... Ce roman est un leurre : il nous donne envie de plonger dedans grâce à la couverture (j'adore cette image) et au titre, et il nous donne l'impression que nous ne nous sommes pas trompés, grâce à la toute première lettre : je vous la retranscris dans son intégralité tellement je l'ai trouvée magnifique. Dommage qu'il faille attendre les 5 dernières pages du roman pour retrouver une lettre aussi touchante...
En résumé : une déception !

Je remercie Blog-o-Book et Le Livre de poche pour cette lecture d'octobre !



 



L'oeuvre en quelques mots...
 

25 août 1971

26 août 1971

27 août 1971

Chère soeur,


Je m'appelle Olivia Hunt. Je suis ta sœur. Tu es dans le ventre de Maman. Jim est notre frère. Il est pas mal pour un garçon.

J'ai rêvé de toi. J'étais dans le canoë. J'avais une tresse mais c'était comme un serpent. Tu as surgi du lac. Tu t'es accrochée à ma tresse-serpent. Tu es montée dans le canoë. Tu me ressembles. Le canoë a chaviré mais on arrivait à parler sous l'eau.

Jim et moi, on est chez Tante Louise. C'est plutôt sympa. On se baigne. On cueille des myrtilles. On joue dans les bois. C'est moi qui choisirai ton prénom si tu es une fille. Papa a dit : Appelons-la Martini. Maman a dit : C'est affreux. Je n'aime pas ce prénom-là. J'aime le prénom de Madeline. C'est mon livre préféré. Je te le lirai un jour.

D'autres trucs rigolos qu'on pourra faire :

1. Jouer dans la cabane dans l'arbre.
2. Jouer à se déguiser dans le grenier.
3. Jouer aux princesses. J'ai une couronne. Papa t'en achètera une. Tu n'as pas le droit de toucher à la mienne. Papa achète toujours tout ce qu'on veut.
4. Jouer aux futures mariées.
5. Plein d'autres trucs rigolos.


J'aime bien écrire cette lettre. C'est comme si tu étais là. Sauf que tu es invisible.

Je t'aime déjà, Olivia

 

Partager cet article

Repost 0

Retour de l'opération Masse Critique

Publié le par calypso


Babelio relance son opération Masse Critique qui avait permis à un grand (très grand même) nombre de blogueurs de découvrir des livres, en partenariat avec certaines maisons d'édition.
Vous pourrez faire votre sélection jeudi, à 11h, sur le site, à l'adresse indiquée ci-dessous. J'y serai ! :)

 


 

Publié dans Blabla en tout genre

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>