Hélène Grémillon, Le Confident

Publié le par calypso

  

Helene-Gremillon---Le-confident.jpg

 

 

 

Camille vient de perdre sa mère. Parmi les lettres de condoléances, elle découvre un étrange courrier, non signé. Elle croit d'abord à une erreur mais les lettres continuent d'arriver, tissant le roman de deux amours impossibles, de quatre destins brisés. Peu à peu, Camille comprend qu'elle n'est pas étrangère au terrible secret que cette correspondance renferme.

Dans ce premier roman sur fond de Seconde Guerre mondiale, Hélène Grémillon mêle de main de maître récit historique et suspense psychologique.

 

Camille est en deuil. Alors qu’elle vient juste d’apprendre qu’elle porte la vie, elle doit affronter l’expérience douloureuse du décès de sa mère. Les lettres de condoléances affluent et l’une d’elle attire tout particulièrement l’attention de la jeune femme. L’enveloppe est plus épaisse et la missive est longue et dépourvue de signature. Un homme prénommé Louis y raconte un souvenir d’enfance dans lequel évolue la mystérieuse Annie, alors âgée de huit ans. Pour Camille, il ne fait aucun doute que cette lettre ne s’est pas retrouvée entre les mains du bon destinataire. Pourtant, les jours passent et d’autres lettres arrivent. L’histoire de Louis et d’Annie se poursuit, si bien que Camille commence à voir dans ces lettres le début prometteur d’un roman envoyé par un jeune écrivain original, elle-même travaillant dans l’édition. Mais il n’en est rien et, alors que l’envoi des lettres se poursuit, Camille commence à se sentir mal à l’aise face à l’histoire tragique de ces êtres auxquels elle n’est visiblement pas liée.

Le Confident est un roman sur le secret, celui que l’on dissimule par pudeur, celui que l’on cache pour ne pas blesser, celui qu’il faut un jour offrir ou imposer à l’autre parce que son poids est trop lourd à porter. Ou parce que sa révélation est nécessaire. Ainsi, Louis, qui a toujours pensé « que les secrets doivent mourir avec ceux qui les ont portés », sera ce fameux confident, l’unique émetteur d’une correspondance aussi douloureuse que salvatrice. Le Confident est aussi un roman sur l’amour, amour sincère d’une fille pour ses parents, amour fou d’un homme pour une femme, amour dévastateur d’une mère pour sa fille. L’histoire racontée est des plus tragiques, on peine à imaginer la douleur des personnages et, alors que l’on pense compatir à la souffrance de l’un, la voix de l’autre se fait entendre et vient remettre en question nos certitudes. Nulle trace dans ce roman d’un quelconque manichéisme. C’est, incontestablement, ce qui en fait sa force. Le lecteur n’est pas là pour juger les actes. Il en prend connaissance et accompagne Camille dans cette découverte. Je me rends compte qu’il est très difficile de parler de ce roman sans trop en dire… Alors, comment vous convaincre ? Ce roman plaira à coup sûr à ceux qui aiment les histoires de famille compliquées, sans doute aussi à ceux qui ont un faible pour l’histoire. Les événements ont en effet pour arrière-plan historique la Seconde Guerre Mondiale : l’occupation, les arrestations, les restrictions, tout y est parfaitement décrit. C’est un roman qui joue avec la technique narrative puisque trois voix se font entendre sous des formes diverses, ce qui est très appréciable ici. C’est, en outre, un très beau texte : j’ai noté ci-dessous quelques citations qui m’ont touchée mais sachez que Le Confident regorge de petites phrases comme celles-ci. Enfin, Hélène Grémillon, qui signe là son premier roman, fait preuve d’une parfaite maîtrise du suspense : la fin est à couper le souffle. 

 

 

 

Folio

  

 

 

Livraddict-copie-1

 

 L’œuvre en quelques mots…

 

« La plupart des gens tombent amoureux d’une personne en la voyant, moi l’amour m’a pris en traître. Annie n’était pas là quand elle s’est installée dans ma vie. » (p.19)

 

« Cette année-là, au centre du monde, il y avait moi et Annie. Autour, il se passait plein de choses dont je me fichais éperdument. En Allemagne, Hitler devenait chancelier du Reich et Einstein s’enfuyaient pendant que Dachau se construisait. Naïve prétention de l’enfance de se croire à l’abri de l’histoire. » (p.21)

 

« Ce ne sont pas les autres qui nous infligent les pires déceptions, mais le choc entre la réalité et les emballements de notre imagination. » (p.35)

 

« J’ai souvent remarqué qu’une naissance appelle une mort. Comme s’il y avait un numerus clausus des âmes sur terre. Je n’ai pas eu longtemps à attendre pour que ce terrible jeu de passe-passe se vérifie. Maman est morte quatre jours après que je lui ai annoncé que j’étais enceinte. Perdre sa mère à quelques jours de le devenir est un terrible exil. » (p.92) 

 

Commenter cet article

l'or des chambres 25/05/2012 12:33

Pour toi aussi c'est un coup de coeur, c'est indéniable... Mais bon, sur la blogo nous avons toutes nos ressentis propres et c'est ça qui est enrichissant !!

calypso 27/05/2012 18:33



Tout à fait !



titepomme (Mam'Schmocker) 09/05/2012 11:42

Un résumé qui me plaît et ton avis donne envie de le lire. Je le note pour une lecture commune avec des copinautes.

calypso 13/05/2012 09:31



N'hésite pas !



Tiphanie 08/05/2012 23:35

Je me garde ton billet pour plus tard, ce livre attend sagement dans ma PAL ^^

calypso 13/05/2012 09:34



A dévorer !



krol 08/05/2012 15:47

Merci pour le rappel. C'est un livre qu'il faut que je note absolument !

calypso 13/05/2012 09:36



Une très belle lecture !



MyaRosa 07/05/2012 19:48

Très beau billet Calypso. ;)
Ce roman m'a beaucoup touché. Je le relirai très bientôt, je pense.

calypso 08/05/2012 08:54



Merci ! Ton billet m'avait encore plus donné envie de le lire.



Noukette 07/05/2012 18:23

Un excellent premier roman c'est vrai qui a fait beaucoup parler de lui à sa sortie... et c'était mérité !

calypso 07/05/2012 18:39



Oui, les prix sont largement mérités.



jeneen 07/05/2012 17:18

J'ai ce livre depuis peu...Je le lorgne, je lui tourne autour...je sens que je vais le happer !!!!
L'écriture dasn les extraits est touchante.
Tu devrais aimer "jeune femme au luth", qui regorge aussi de très belles phrases, percutantes.
biz

calypso 07/05/2012 18:37



Je vais regarder le résumé. Merci !



L'irrégulière 07/05/2012 11:07

J'avais beaucoup aimé ce roman !

calypso 07/05/2012 18:34



Quelle sensibilité !



Mélopée 06/05/2012 22:28

Voilà un roman qui me semble animé par une plume sensible. C'est tentant !

calypso 07/05/2012 18:34



Laisse-toi tenter ! ;)



Ys 06/05/2012 21:21

J'ai aimé ce livre sur le coup, je me souviens que la construction était très maîtrisée, mais en te lisant, je m'aperçois que j'aurais été incapable de raconter l'histoire, pourtant lu il y a moins
d'un an...

calypso 07/05/2012 18:39



Je vois que je ne suis pas la seule à vite oublier les histoires. Toutefois, celle-ci est assez marquante, je trouve. RDV dans un an pour voir ce qu'il en reste
!



Agathe 06/05/2012 19:34

Très bel article pour un roman bouleversant!!

calypso 07/05/2012 18:31



Merci ! Je vois que nous sommes d'accord !



Alex-Mot-à-Mots 06/05/2012 19:28

Un très beau roman que j'avais beaucoup aimé.

calypso 07/05/2012 18:30



Cela ne m'étonne pas, quelle force !