Brad Coleman, Requiem d'automne

Publié le par calypso

Brad-Coleman---Requiem-d-automne.jpg

 

La majeure partie des hommes s’évertue à occulter les phénomènes paranormaux bien qu’ils se manifestent à eux avec insistance. En dépit de leurs connexions avec nous, la rationalité sous laquelle nous nous dissimulons se dénie elle-même. Notre pseudo-raison échafaude des explications purement imaginaires, élaborées à partir d’un faisceau d’indices à peine concordants.
C’est ce qui arrive au juge d’instruction Jacques Dampierre.
La mort aux trousses, il fait appel à l’ex-commissaire Henri Laborde pour l’aider à résoudre au plus vite une énigme qui prend à défaut sa légendaire faculté d’analyse.
Ébranlé dans ses convictions véristes, le talentueux et impitoyable magistrat est confronté au surnaturel. D’étranges phénomènes se produisent en sa demeure, l’avertissant quand pour lui sonnera le glas !
Dampierre réfléchit : il lutte, il emploie la ruse, l’étau se resserre, la solution lui échappe.
Son incapacité à intégrer le paranormal l’empêche de discerner qui des fantômes ou des hommes veulent sa perte…

 

 

«  Combien de fantômes traversent chaque nuit votre chambre ? ». Dans sa lettre adressée au lecteur et placée juste avant le récit, l’auteur donne le ton. Il prend soin de rappeler que la science s’intéresse de près aux phénomènes paranormaux et cite, pour ce faire, des savants. Lui-même assure avoir été témoin d’événements extraordinaires par le passé (apparitions, voix…). Et puis, avant même que le lecteur n’entre dans la fiction, il précise que l’histoire qui va suivre est inspirée d’un fait divers qui s’est déroulé dans les années 30, dans le comté de Kent. Tout est fait pour instiller le doute : réalité/fiction ? La frontière sera bien maigre dans ce roman, qui semble être le premier de l’auteur.

Dès le début du récit, le lecteur est plongé dans une atmosphère sombre et effrayante : il pleut, le vent souffle, la maison, isolée, semble s’agiter et paraît bien vivante. Le narrateur se livre d’ailleurs à une description de la maison particulièrement savoureuse. J’en profite pour préciser que ce livre, bien écrit, est très agréable à lire.

Cette atmosphère, on ne la quittera jamais réellement, même si, contrairement à ce que j’avais imaginé en ouvrant ce livre, toute l’histoire ne se déroule pas en une soirée. Au contraire, l’auteur prend soin de faire monter la tension de son personnage et du lecteur en alternant des moments de relative tranquillité et des moments étranges et angoissants. On suit Henri Laborde au travail : c’est un vieux juge acariâtre, intraitable, qui semble détesté de tous. On le retrouve le soir, dans sa demeure : c’est un maître de maison exigeant et brutal envers son aide soignante, Muriel Lagnel. Ils forment tous deux un « couple » improbable, qui ajoute incontestablement quelque chose à l’angoissante demeure et à la partie mystérieuse qui va s’y jouer : il est en fauteuil roulant depuis un accident, incapable donc d’occuper l’étage de sa maison et de se débrouiller seul ; elle est sourde et muette, incapable d’entendre les manifestations étranges auxquelles assiste le juge, impuissant.

Requiem d'automne est une belle découverte mais je dois avouer que je n'ai pas été aussi angoissée que certains lecteurs à la lecture de ce roman. Intriguée, oui. Je l'ai lu avec plaisir, mais sans frissonner. Et pourtant, croyez-moi, je suis une grande peureuse ! J'ai beaucoup apprécié la mise en place de l'intrigue, je me suis laissée prendre au jeu qui consiste à se demander si tout est mis en scène ou s'il y a véritablement des phénomènes paranormaux. Et puis j'ai commencé, sans avoir toutefois tous les éléments en main, à deviner la fin. Cela n'a pourtant pas gâché mon plaisir car l'auteur a su me tenir en haleine et me faire douter jusqu'au bout.
Je recommande ce livre à tous ceux qui aiment les thrillers et les histoires de fantômes !

Merci à
Livraddict et aux Editions Kyklos pour cette sympathique découverte !



 

livraddictlogo-copie-1



L'oeuvre en quelques mots...

« La pluie cingla la campagne dans un crépitement de feu d'artifice. La nuit allait tomber. Le vent courut vers les arbres arrachant au passage les feuilles mordorées d'un automne qui se refusait à mourir. Un hêtre, scalpé par la tempête, révéla la silhouette d'une maison qui s'élevait au loin sur un promontoire. Naufragée solitaire, elle était assise sur son îlot de verdure, adossée à une forêt dont la mouvance des branches ressemblait aux vagues d'un océan végétal, touffu, insondable. Harcelée, à bout de force sur ses gonds fatigués, la grille du jardin avait subi la loi du puissant souffle. Ce dernier, en rugissant, remontait l'allée vers le solide vaisseau de pierre. »

« La nuit suivante, Dampierre fut réveillé par la sonnerie du téléphone, à 3h12 précisément. Il n'y avait personne au bout du fil, seulement une étrange musique lointaine...
Le surlendemain, le juge se réveilla juste avant que le téléphone ne sonne. Il décrocha et entendit distinctement les premières mesures du Lacrimosa...
La quatrième nuit, ce furent des pleurs d'enfant qui sortirent du combiné... »
  

 

Commenter cet article

Virginie 29/12/2009 21:49


Brad Coleman et Kyklos Editions vous remercient pour cette présentation exhaustive de "Requiem d'automne" et de votre sentiment personnel sur ce roman.
Virginie c/° Kyklos Editions


calypso 30/12/2009 08:17


C'est moi qui vous remercie pour l'envoi de ce livre !


heclea 29/12/2009 21:04


Contente qu'il t'ait plu, même si tu n'as pas frissonné, tu dois être plus courageuse que moi ;)


calypso 30/12/2009 08:24


Tu ne m'as pas vue devant un film d'horreur !


Edelwe 29/12/2009 19:17


Je n'ai pas vraiment envie de ce genre de lecture en ce moment...


calypso 30/12/2009 08:24


J'imagine que ta PAL non plus !


Anneso 29/12/2009 14:53


ah oui j'ai tapé trop vite :)
bisousssss !!


calypso 29/12/2009 15:20


 Bises !


Stephie 29/12/2009 11:42


Je ne sais pas pourquoi, ça ne me tente pas. La faute de la taille de ma PAL sans aucun doute ;)


calypso 29/12/2009 14:34


 ça doit être ça !


Anneso 29/12/2009 09:49


hé vilaine, tu boycotes mon nouveau blog ? :-(


calypso 29/12/2009 14:36


Non ! J'ai même déposé un com' ce matin :)


MoKa 29/12/2009 08:58


Une lecture qui n'a pas l'air désagréable...


calypso 29/12/2009 09:15



Non, et puis c'est un roman qui se lit assez vite !



bene 29/12/2009 08:09


Alors je le lirais sûrement!


calypso 29/12/2009 09:18


Pourquoi pas !


Eloah 28/12/2009 23:02


Ca me tente bien, d'autant que j'ai un chat qui semble souvent voir passer des fantômes :-)) !


calypso 29/12/2009 09:16


Je n'ai pas mis de lien dans mon aticle mais les billets que j'ai lus étaient enthousiastes.


Anneso 28/12/2009 22:17


moi qui déteste les trucs qui angoissent ou font peur... ce n'est peut etre pas la lecture idéale pour moi !?


calypso 29/12/2009 09:18


Peut-être pas... mais en même temps, je n'ai pas eu peur. J'aurais peut-être plus frissonné devant un film...


pimprenelle 28/12/2009 21:14


Il est sur ma PAL, lecture prévue très prochainement !


calypso 29/12/2009 09:17


Je lirai ton billet ;)


Véro. 28/12/2009 19:37


Un titre à garder en tête donc ...