Benoît Broyart, Si tu savais

Publié le par calypso

 

Benoit-Broyart---Si-tu-savais.jpg

 

Mais une fois que je serais parvenu à lui faire lire « Le » plus beau poème jamais écrit, il se passerait quoi ? Elle allait venir vers moi ?

 

Elle se prénomme Anaïs et, forcément, elle est la plus jolie de toutes. Son arrivée n’a pas laissé notre narrateur indifférent et il se sent subitement pousser des ailes. Son goût pour les sensations fortes, mêlé à l’envie de séduire la jeune fille, lui fait prendre une décision irréfléchie : il dérobe, dans une librairie, un exemplaire de Corps et biens, le recueil de Robert Desnos. L’adolescent est alors animé par une obsession : écrire le plus beau poème du monde à la sublime Anaïs.

Un court récit drôle et délicat dont on savoure chacune des pages tant l’hommage rendu à Desnos y est vibrant. Une vraie réussite !

 

 

L’œuvre en quelques mots…

 

« Je devais me mettre à écrire vraiment. Des choses que personne d’autre avant moi n’avait trouvées. A cause d’Anaïs. Elle était arrivée dans la classe depuis un mois et déjà, elle m’avait arraché le cœur avec les dents. » (p.6)

 

«  En lisant, j’ai compris que l’écriture avait le pouvoir de transformer les gens et que je ne redeviendrais jamais le petit tas de sable que j’avais été avant ma rencontre avec la poésie. » (p.39)

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 30/06/2013 16:09

L'hommage rendu à Dionysos ? Ca mérite bien un petit apéro.