Antoine Dole, Ce qui ne nous tue pas

Publié le par calypso

 

 

Lola est en colère. Contre ses parents qui se disputent sans cesse, contre les profs, contre ses amis, contre tous. Alors Lola fait la dure, cogne, et finalement met les voiles. Dans sa fuite, elle trouve refuge par hasard auprès de Simone. Chez la vieille dame, le temps s’est arrêté. Ces deux solitudes vont peu à peu s’apprivoiser et découvrir cette douceur qui ne nous tue pas mais nous rend plus fort.

 

Je découvre avec ce titre l’univers d’Antoine Dole dont j’ai pu lire beaucoup de bien sur la blogosphère. Lola est une adolescente qui est amenée à rencontrer une vieille dame à la mémoire défaillante. Dans le petit appartement sale et désordonné de cette dernière, la jeune héroïne va apprendre la compassion et la patience et redécouvrir la tendresse. La vieillesse, la solitude, l’adolescence et le mal être font partie des thèmes abordés par ce roman qui, au fur et à mesure des pages, lève le voile sur les événements qui ont poussé Lola jusqu’à l’appartement de la vieille dame. Si j’ai trouvé l’ensemble très bien écrit, j’ai tout de même l’impression que certains passages sont un peu survolés. Cela étant dit, ce roman se lit très facilement et rapidement, et je n’hésiterai pas à le conseiller au public qui en est la cible.

 

 

L’œuvre en quelques mots...

 

« Je me tais, gère les mots au compte-goutte. En moi les silences ont élaboré leur propre phonétiques, mon mutisme a donné lieu à une grammaire nouvelle, faite d’espace et de vacuité, une orthographe stérile. Je prononce des vides, j’articule des blancs. et mes échanges avec les autres se construisent comme ça, entre les lignes que je ne dis pas. A force de me taire j’en ai pris l’habitude. »

 

« Elle songe à cette solitude qui ne pèse plus bien lourd quand on la porte à deux. »

 

« Elle découvre qu’avec de l’amour, c’est possible de déformer les chemins tout tracés ; avec l’envie, avec le cœur. Que tant qu’on aime on n’est pas seul, malgré les distances, les manques et les formes que tout cela prend. »

 

 

 

 

Commenter cet article

Violette 24/02/2017 12:22

tiens, tu me rappelles que je voulais le lire ... et puis, je suis passée à autre chose, comme souvent !