Noura Bensaad, Quand ils rêvent les oiseaux

Publié le par calypso

 

Noura-Bensaad---Quand-ils-revent-les-oiseaux.jpg

 

« Allongée et immobile, elle se laissait bercer par le mouvement de l’onde. Les vagues comme animées d’une volonté propre la poussaient vers le rivage, un rivage désert et lointain qu’elle-même désirait atteindre sans y parvenir. »

 Tout au long des huit nouvelles de ce recueil, les vies oscillent et les personnages, pris de vertige, avancent à tâtons, au plus près des failles de leur existence. En même temps qu’eux, nous glissons dans un monde à la fois familier et étrange.

Une rencontre sur un bateau, la vision d’un tableau, des pas dans la nuit, une chute malencontreuse… Leur destin au bord du rêve, ils guettent une réponse, traquent leurs désirs qui se dérobent.

Au fil des pages nous nous laissons emporter. Le livre refermé, plane un doux et persistant parfum de Méditerranée.

 

Un joli titre poétique à souhait, une illustration de première de couverture simple mais efficace, rendant l’ensemble harmonieux, il n’en fallait pas plus pour me tenter. Même si je leur préfère les romans, j’aime beaucoup lire des nouvelles de temps en temps et je suis ravie d’avoir lu celles-ci.

Quand ils rêvent les oiseaux est un recueil composé de huit nouvelles assez courtes : quatorze pages pour la plus longue, trois pour la plus brève. En consultant la table des matières, on découvre des titres qui ont un petit goût d’ailleurs grâce à la signification des mots ou à leur consonance. Au fil de ces nouvelles, c’est toute une palette de personnages, de couleurs, d’émotions que l’auteure nous livre avec sensibilité et poésie. Qu’il s’agisse d’une jeune femme solitaire, d’un marin hanté par ses souvenirs, d’un couple séparé, d’un psychanalyste accidenté, tous sont dans l’attente comme si le peintre qui déposait leur vie sur la toile n’avait pas achevé son travail. Il s’agit toujours d’un instant, d’un événement, d’une réflexion qui viennent interrompre le déroulement d’une existence parfois trop bien rangée ou simplement survolée. Il s’agit toujours d’une rencontre : celle d’une poupée malade, celle d’une vieille dame, celle d’un sentiment qu’on croyait enfoui. Il s’agit toujours de peindre la vie, le poids des souvenirs, des illusions, des déceptions. L’ambiance méditerranéenne promise sur la quatrième de couverture n’est, je trouve, pas très présente mais c’est plus une surprise qu’une déception car c’est vraiment un recueil de qualité. Il m’arrive de ne pas comprendre la fin de certaines nouvelles et je ressors de ma lecture toujours déçue. Dans ce recueil, il y a deux nouvelles que je ne suis pas certaine d’avoir bien comprises mais je les ai pourtant appréciées même si je conserve un petit sentiment de frustration. Il faut dire que, dans ces nouvelles, la part belle est faite au mystère et le lecteur est sans doute lire d’utiliser son imagination comme bon lui semble. Quelques nouvelles ont particulièrement retenu mon attention. La première nouvelle, « Traversée », est une merveille : c’est une nouvelle à chute dont la fin est absolument magnifique – quoique triste – et c’est surtout l’histoire d’une traversée symbolique dans le souvenir, ce qui m’a énormément plu. J’ai beaucoup aimé également l’histoire d’« Alice », une jeune femme qui pimente son existence sans fantaisie en inventant des aventures sentimentales qu’elle confie à ses amies. Sa propre « traversée » consiste à retrouver confiance en elle. « Des pas dans l’escalier » est une jolie histoire sur le désamour et la jalousie. Enfin, « Soledad », cette petite fille de treize ans qui passe son temps à déambuler dans les rues de sa ville, m’a émue. Les derniers mots de cette nouvelle, qui clôt le recueil, en expliquent le titre. Quand ils rêvent, les oiseaux… à vous de le découvrir…

   

 

 

Libfly.jpg

 

  

L’œuvre en quelques mots…

 

« Mais la mer n’avait pas son pareil pour faire d’un homme tout le contraire d’un poète. Elle vous décapait l’âme plus sûrement que ne pouvaient le faire les malheurs répétés d’une existence. Il venait de fêter sa quarante-sixième année et se sentait aussi vieux qu’un homme de quatre-vingts ans. Toute une vie derrière lui, une arborescence de souvenirs qui hantaient son esprit. » (« Traversée », p.13-14)

 

« Ce qu’elle a à dire ne tient pas dans les mots, ils sont bien trop petits, durs et rigides. Elle ne parle pas ou si peu. Seulement avec Santiago. Il est sourd et muet, une maladie infantile l’a privé de ses deux sens. C’est auprès de lui qu’elle aime rester, compagnie silencieuse. Il est le seul qui sache l’écouter, il regarde sa bouche comme pour l’enjoindre à parler et les mots sortent alors sans qu’elle les cherche. Ils deviennent chair vivante, fleurs écloses sur les lèvres, papillons qui volettent autour d’eux, disparaissent puis reviennent, fruits aux saveurs diverses, doux ou amers. » (« Soledad », p.100)

 

Commenter cet article

Géraldine 07/01/2012 19:23

Et bien pourquoi pas. Même si pas fan des nouvelles, un titre comme cela ne peut qu'être agréable à avoir sur sa table de nuit quelques jours !

calypso 08/01/2012 10:14



Superbe titre, oui.



Didi 04/01/2012 19:18

Ce recueil de nouvelles pourrait me plaire un très beau titre et une belle couverture et le style nouvelles que j'aime lire !

cartonsdemma 30/12/2011 11:37

J'aime de plus en plus les nouvelles même si je n'en ai pas encore lues beaucoup, je note celles-ci

cartonsdemma 30/12/2011 11:36

J'aime de plus en plus les nouvelles même si je n'en ai pas encore lues beaucoup, je note celles-ci