Maxime Chattam, La Patience du diable

Publié le par calypso

 

Maxime Chattam - La Patience du diable

 

Le Mal peut-il contaminer ceux qui le traquent ?

Un go-fast pris en flag qui transporte bien pire que de la drogue…

Deux ados qui tirent sur les passagers d’un TGV lancé à pleine vitesse…

Des gens ordinaires découverts morts… de terreur.

Le Diable mène le bal, le monde est devenu fou.

Lieutenant à la Section de Recherche de Paris, Ludivine Vancker comprend bientôt qu’un fil sanglant relie ces faits divers. Rien ne pourra l’empêcher de remonter la piste à sa source. Aux racines de la peur.

 

Après La Conjuration primitive en 2013, Maxime Chattam nous offre cette année de nouvelles raisons de frissonner avec La Patience du diable. Pas d’inquiétude si vous n’avez pas lu le précédent opus : l’auteur l’affirme lui-même, ce nouveau roman peut se lire indépendamment. Certains personnages sont les mêmes mais les quelques références à l’histoire développée dans La Conjuration primitive ne gêneront nullement votre lecture. Alors si vous ne savez pas quelle nouveauté emporter pour la plage, je vous recommande celle-ci chaudement !

Et l’histoire ? Une épidémie de crimes s’abat sur le territoire français et met les enquêteurs dans l’embarras, dont Ludivine Vancker, encore marquée par son immersion dans le monde des ténèbres, dix-huit mois plus tôt. Qu’est-ce qui peut relier des affaires si différentes ? Une tuerie perpétrée par deux adolescents dans un TGV, l’enlèvement d’une adolescente, un homme retrouvé mort de terreur à son domicile… Le fil est si mince qu’il en devient invisible et le diable, tapi dans l’ombre, veille à ce que le trouble règne sans que l’on ne puisse remonter jusqu’à lui.

Une intrigue prenante, des descriptions soignées comme toujours chez Chattam, des personnages torturés, du sang, du sang, du sang. Le puzzle se construit et le lecteur-joueur savoure toute l’horreur et le suspense qui se dégagent de ce thriller. Entre les deux, mon cœur ne balance pas tout à fait : ma préférence va à La Conjuration primitive que j’ai trouvé encore plus palpitant et plus original. La Patience du diable me fait en effet penser à un autre thriller dont je tairai le nom pour ne pas vous donner trop d’indices, ce qui n’enlève rien cependant à ses qualités.

 

 

L’œuvre en quelques mots…

 

« La loi du plus fort. La violence de l’individu, comme un premier pas vers une violence collective. Armer la masse et attendre que les petits mouvements individuels prennent de l’ampleur, fassent échos, et que, peu à peu, des courants internes se forment, qu’ils finissent par entraîner le groupe et qu’une vague se dresse. Puissante.  » (p.46)

 

« Conduire une enquête criminelle s’apparentait à reconstituer un puzzle.

Il fallait d’abord en localiser les coins, puis les bords pour dresser le cadre général avant d’identifier les motifs principaux et les répartir en petits tas, séparant chaque figure principale. Ensuite, pièce par pièce, la détailler longuement afin d’évaluer sa position dans l’ensemble. Zone par zone, le puzzle se construisait, d’abord assez imprécis, avant que des images finissent par apparaître et qu’à force de tâtonner, d’essayer, on parvienne à en relier certaines. » (p.252)

 

« Parvenir à lutter contre sa nature est ce qui sépare l’homme normal du pervers. » (p.428)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe D 14/07/2014 21:20

Ah Chattam! encore un auteur que je dois découvrir...

calypso 15/07/2014 10:01



Il y en a tant !...



Alex-Mot-à-Mots 10/07/2014 10:24

L'auteur a renoué avec ce qui a fait son succès.

calypso 15/07/2014 10:07



Je n'en suis qu'à mon 3e Chattam. ;-)



Noukette 08/07/2014 14:20

Chattam... Voilà un auteur que je n'ai encore jamais lu, si, si, c'est possible ! ;-)

calypso 15/07/2014 10:00



Si tu aimes les thrillers, n'hésite pas.



cartonsdemma 07/07/2014 22:36

Les romans de Maxime Chattam me font froid dans le dos (c'est le but, tu me diras, donc but atteint!!). Je suivrai ton conseil de l'emporter sur la plage et plus le soir dans mon lit comme les
premiers que j'ai lu

calypso 15/07/2014 10:00



Certains sont encore plus angoissants.