Lionel Robin, Les saumons se perdent aussi

Publié le par calypso

 

Lionel-Robin---Les-saumons-se-perdent-aussi.jpg

 

Pyc et Nikk sont deux frères. Coincés entre un père tyrannique et une mère neurasthénique, ils jouent aux indiens. Pas aux cow-boys. Juste aux indiens qui luttent pour vivre. Les deux garçons s'inventent ce monde-là, celui des Géronimo et autres Sitting Bull. Ils grandissent parce que c'est ce qui arrive aux enfants. Mais ils continuent de jouer aux indiens. Ils poursuivent la lutte contre les cow-boys qui massacrent la planète, la terre-mère des indiens.

Mais à l'âge adulte, ces jeux-là ne font plus rire personne. Ils deviennent ainsi des terroristes aux yeux des autorités, des guerriers à leurs propres yeux. Et même une petite fille devenue trop tôt une jeune femme abandonnée ne pourra changer le cours de leur destin.

 

Cela fait un petit moment que je n’ai pas publié de billet sur ce blog, je suis de nouveau submergée par le travail et, si j’arrive encore à trouver un tout petit peu de temps pour lire, il est plus difficile de se motiver pour rédiger un billet… Je vais essayer de retrouver rapidement un bon rythme de publication !

 

J’ai terminé Les saumons se perdent aussi il y a déjà deux bonnes semaines et mon avis, qui était plutôt mitigé à la fin de ma lecture, tend vers le négatif aujourd’hui. Je pense sincèrement que c’est un roman que je vais oublier rapidement, et pourtant…

L’histoire est celle de Pyc et Nikk, deux frères que tout oppose physiquement : l’un est petit et fort, l’autre est grand et maigre. Il faut aussi ajouter que l’un des deux est le « décideur » tandis que l’autre qui semble un peu moins futé, suit les conseils et les décisions de son frère. Les deux personnages ont en tout cas un côté un peu déjanté qui peut séduire. Le lien qui les unit est particulièrement fort et tous deux luttent pour une même cause : l’écologie. Ils multiplient les actions dont le lecteur prend connaissance grâce à des articles de presse ou encore des interviews disséminés dans le roman : détérioration de véhicules dans une concession spécialisée dans les voitures de luxe, libération de vaches limousines, destruction du système d’évacuation des eaux d’une fonderie… En chemin, ils rencontrent Flack, une jeune femme abîmée par la vie qui partage leurs idéaux, et c’est ensemble qu’ils décideront de leur avenir.

La première remarque qui me vient à l’esprit est que ce roman est d’un accès difficile. Il m’a bien fallu 80-90 pages (le roman en comporte 204) pour réussir à entrer dans l’histoire. L’explication en est très simple : c’est un roman très « décousu ». Les passages où le lecteur fait la connaissance des deux frères dans le présent alternent avec des passages relatant quelques épisodes de leur enfance, mais aussi les articles de presse et interviews dont j’ai parlé précédemment et, pour finir, des interventions de l’auteur. J’ai beaucoup aimé lire les quelques passages se déroulant durant l’enfance et l’adolescence de Pyc et Nikk : on y découvre des épisodes savoureux prouvant que les deux garçons avaient déjà, dès leur plus jeune âge, l’envie de protéger la nature. Ce sont ces passages que j’ai préférés dans le roman, mais ils peuvent perturber le lecteur car ces va-et-vient entre passé et présent sont incessants. Les petites dépêches ne sont pas suffisamment claires au départ. J’ai mis un peu de temps à comprendre le lien entre les événements racontés et les deux frères. Mais le plus dérangeant est, sans conteste, l’omniprésence de l’auteur au sein de son récit. Il interrompt très fréquemment le cours de l’histoire pour s’adresser au lecteur. Un exemple : « L’auteur demande une minute de silence. Non, non ! Personne n’est mort, il vous remercie de votre immédiate compassion, surtout la bibliothécaire. Ça n’a rien à voir. Si l’auteur réclame un peu de calme, c’est juste pour pouvoir travailler normalement. Quoi ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Tout simplement qu’on ne s’entend plus écrire ! Entre ceux qui écoutent la radio en même temps qu’ils lisent, ceux qui se raclent la gorge chaque fois qu’ils tournent une page ou ceux qui font des commentaires à haute voix et à chaque paragraphe, c’est un bordel sans nom. » (p.81) Ces interventions auraient peut-être eu un sens si elles avaient eu pour but de commenter les actions menées par Pyc et Nikk ou bien leur enfance. Mais ce n’est pas le cas. Elles sont lourdes, cassent le rythme et, j’ose le dire, gâchent tout simplement le roman. En plus de desservir le roman, elles ne rendent pas son auteur franchement sympathique... Dommage !

 

 

BOB

 

 

Pierregord.jpg

 

 

L’œuvre en quelques mots…

 

« Il sait bien que tout ça ne durera pas, que quelque chose les rattrapera et les plongera à nouveau dans le noir du désespoir. Rien ne dure. C’est ce que sa misérable vie lui a appris. Les Indiens ont perdu la guerre contre les Blancs parce qu’elle durait trop. Alos, Nikk et son frère font comme eux : ils résistent, le plus longtemps possible en attendant la chute. Ils tomberont les armes à la main. » (p.167)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Véro 02/03/2011 20:42


Bon, ben je passe ...
Sinon, j'espère que cvela s'est calmée pour toi côté boulot. Perso, j'étais dans la même situation d'où mes réactions tardives sur tes billets cazr je n'arrivais plus à torouver le temps nécessaire
pour aller sur les blogs amis ! Bises.


calypso 03/03/2011 14:17



Oui, ça va mieux Véro, c'est les vacances pour moi !



Luna 21/02/2011 15:44


Tu me donnes envie de le lire ;)
Merci d'être passée !


calypso 21/02/2011 18:53



Ah ? Ce n'était pas l'effet recherché pourtant :)



Alex-Mot-à-Mots 18/02/2011 09:15


J'aime bien quand c'est décousu, mais trop, ça lasse....


comparatif mutuelle 17/02/2011 06:13


superbes ouvrage :)


Morgouille 15/02/2011 20:45


Ces interventions de l'auteur dans le récit me font penser à Patrice Pluyette et sa "Traversée du Mozambique par temps calme", sauf que Pluyette semble moins prétentieux et que ses interventions
étaient vraiment cocasses. Genre il prévenait ses personnages qu'ils allaient mal finir... :)
Enfin tout ça pour dire que c'est vrai que l'extrait ne rend pas trop l'auteur sympathique, du coup ça ne donne pas trop envie de lire son roman, dommage !


calypso 16/02/2011 15:38



Dans Sauver Noël de Romain Sardou, on a quelques adresses au lecteur aussi et celles-ci passent vraiment bien car elles ont un intérêt. Là, ce n'est
pas le cas, à mon sens...



Irrégulière 15/02/2011 17:59


bon et bien, je passe ;-)


calypso 16/02/2011 15:39



Il faut dire que mon avis ne donne pas franchement envie !



zarline 15/02/2011 16:31


J'ai lu un avis plus positif chez Yv si je ne me trompe pas. J'hésite encore, les interventions de l'auteur pourraient aussi me gêner.


calypso 16/02/2011 15:40



A toi de voir, pour moi c'est une grosse faute de goût.