Josef Ladik, Jéricho

Publié le par calypso

 

Josef-Ladik---Jericho.jpg

 

Eté 1816. La frégate La Méduse s'échoue au large des côtes africaines. Sur les cent quarante-sept passagers qui vont alors dériver sur un radeau de fortune, seuls quinze survivront à ce véritable enfer. L'un deux est recueilli par une tribu, et fait une découverte qui pourrait bouleverser l'ordre du monde si elle venait à tomber entre de mauvaises mains. Une découverte qui ramène aux sources du monothéisme et du langage. De retour en France, devenu éditeur au Palais Royal, il couche son secret sur un manuscrit qu'il fait disparaître, puis publie le récit du naufrage.

Aujourd'hui. Le Terrible, un sous-marin nucléaire, disparaît au Moyen-Orient. Le groupe terroriste « Jéricho » revendique le détournement et menace l'Etat français. Alors que l'ultimatum approche, des agents secrets sont lâchés dans Paris et un tueur psychopathe rôde alentour. Au Louvre, non loin du Radeau de la Méduse, la célèbre toile de Théodore Géricault, un guide est retrouvé décapité. Le lieutenant Lazare, amateur d'art fraîchement promu à la Brigade criminelle, tient là de quoi faire ses preuves. Comme le lui disait son père, « Lazare, dans la vie, il n'y a pas de hasard ».

 

Un prologue mystérieux où un narrateur non moins étrange évoque son addiction aux médicaments. Un autre, dénommé Lazare, qui court dans les ruelles de Jéricho. Ainsi débute le roman de Josef Ladik. L’auteur brouille les pistes et nous offre une histoire sous forme de puzzle : le lecteur est baladé à travers les lieux, mais aussi les époques. Tantôt nous suivons un homme prêt à embarquer à bord d’un bateau chargé de missiles, le Terrible, tantôt nous observons un guide dans les dédales du musée du Louvre. Et puis il y a le journal d’Alexandre Corréard rédigé à l’été 1820 et qui fait état du célèbre naufrage du radeau de la Méduse.

Josef Ladik a écrit un roman mêlant faits historiques et terrorisme, dans un style sec dont je ne suis pas très friande d’ordinaire, mais qui colle bien, ici, à la tension véhiculée par l’histoire. Il a par ailleurs brillamment construit ce roman. L’ensemble est donc assez agréable à lire, je dirais que c’est un bon divertissement, même si c’est loin d’être un coup de cœur pour moi. La fin m’a quelque peu perturbée…

 

Chez les filles

 

First.jpg

 

 

L’œuvre en quelques mots…

 

«  Parfois, les mots tournent sans fin dans ma tête. C’est comme si une toupie n’arrêtait jamais.

Penses-tu que la Table y soit pour quelque chose ?

Depuis que je l’ai installée sur l’autel, j’ai la sensation d’entendre les étoiles. Oui, elles ne font pas que briller, elles parlent. Elles me parlent. Elles nous parlent. J’entends des nouveaux mots. Bientôt, je pourrai te les dire. Il faut un peu de temps avant de se faire l’oreille.

J’ai astiqué le compas. Ses pointes sont impeccables. J’ai même graissé l’articulation de ses deux branches. »

 

Commenter cet article

100choses 23/07/2010 14:31


Peut-être pas un coup de coeur mais ton billet donne tout de même bien envie de découvrir ce roman, qui de toutes façons était déjà dans ma LAL.


Yv 08/07/2010 14:54


Après un début difficile, j'ai bien accroché à cette histoire. Un bon roman tarabiscoté.


calypso 08/07/2010 18:50



Il se laisse lire mais je n'en garderai pas un souvenir impérissable.



Avalon 07/07/2010 16:18


Je suis assez mitigée sur ce livre. J'aurais aimé que la Table soit plus au centre du livre !


calypso 07/07/2010 21:31



Remarque très judicieuse... on finit par l'oublier, cette Table !



Véro. 05/07/2010 14:11


Du même auteur, j'ai Les engagés dans ma LAL par lequel je commencerai pour découvrir cet auteur ... pour celui-ci je verrai ensuite si son style me plaît.


Stephie 05/07/2010 10:19


Lecture prévue dans la semaine donc je n'ai lu ton billet qu'en diagonale ;)


Nag 04/07/2010 18:26


J'ai bien aimé ce roman pour ma part, notamment sa façon de décrire la psychologie des personnages... et puis ce mélange, léger, d'histoire et de science fiction. L'auteur, que j'ai rencontré jeudi
dernier avec d'autres blogueuses était vraiment sympa, humain, un peu ému de rencontrer des lectrices... Je lirais ses deux autres romans avec plaisir je pense!


pimprenelle 04/07/2010 17:46


Il est sur ma PAL, lecture prévue prochainement!


irrégulière 04/07/2010 16:36


oh là là, ça a l'air bien !!!!


Zorane 04/07/2010 16:22


Je ne suis pas fan d'histoires de terrorisme mais la construction du roman a l'air très original