Carlos Ruiz Zafon, Marina

Publié le par calypso

 

Carlos Ruiz Zafon - Marina

 

Dans la Barcelone des années 1980, Oscar, quinze ans, a l'habitude de fuir le pensionnat où il est interne. Au cours de l'une de ses escapades, il fait la connaissance de Marina. Fascinée par l'énigme d'une tombe anonyme, Marina entraîne son jeune compagnon dans un cimetière oublié de tous. Qui est la femme venant s'y recueillir ? Et que signifie le papillon noir qui surplombe la pierre tombale ? S'égarant dans les entrailles d'une terrifiante cité souterraine, s'enfonçant dans les coulisses d'un inquiétant théâtre désaffecté, Oscar et Marina réveillent les protagonistes d'une tragédie vieille de plusieurs décennies.

 

Quelques mots peuvent suffire à vous embarquer dans une histoire. Dans Marina, ce sont deux phrases, placées juste avant le premier chapitre, qui ont fait palpiter mon petit cœur de lectrice : « Nous avons tous un secret enfermé à double tour dans le tréfonds de notre âme. Voici le mien. »

Ce secret est celui d’Oscar Drai. Au moment des faits, il n’est qu’un adolescent de quinze ans plutôt solitaire, qui aime déambuler dans les rues de Barcelone. Orphelin, il vit dans un pensionnat où l’on s’inquiète peu de ses absences. Un jour, le hasard le mène jusqu’à une maison en apparence abandonnée. Poussé par une grande curiosité et hypnotisé par un son mélodieux venant de la maison, Oscar décide d’y pénétrer. L’intérieur, lugubre, semble être resté figé dans un autre temps. Très vite, le regard du jeune garçon est attiré par un objet brillant posé sur une table. Il s’agit d’une montre à gousset qu’il ne peut s’empêcher de prendre et d’examiner avant de constater qu’il n’est pas seul dans la pièce. L’adolescent s’enfuit, oubliant de reposer la montre. Mais voilà, notre jeune héros n’est pas un voleur et, en décidant de rapporter la montre, il signera le début d’une incroyable aventure initiée par la rencontre de Marina, une jeune fille de son âge, et German, le propriétaire des lieux et père de Marina.

Contrairement à la plupart de ceux qui ont eu la chance de recevoir, comme moi, Marina en avant-première, je n’ai jamais lu Carlos Ruiz Zafon et finalement, je m’en félicite puisque je découvre, avec Marina, une de ses premières œuvres. Une note de l’auteur située à la fin du roman nous informe qu’au départ Marina était présenté comme un roman pour la jeunesse, ce qui effectivement se sent à la lecture. Pourtant, si les deux personnages principaux peuvent facilement plaire à de jeunes lecteurs, l’histoire n’est pas des plus évidentes… Je l’ai trouvée passionnante mais certains passages sont assez effrayants… Marina, c’est avant tout un roman d’ambiance : on n’est jamais très loin du merveilleux et on est pleinement happé par une atmosphère gothique, très désuète, qui prend tout son sens au fur et à mesure que se joue l’histoire. Je sais qu’il n’en est pas de même pour tous les lecteurs mais j’ai, pour ma part, oublié que les personnages évoluaient dans la ville de Barcelone. De même, il est dit clairement que l’histoire se déroule dans les années 80 mais il me semble pourtant qu’elle est comme atemporelle. L’ambiance que l’auteur a su créer est incontestablement un point fort de l’œuvre comme l’est l’histoire d’amitié entre Oscar et Marina. Pour moi, c’est ce lien entretenu entre Oscar, l’orphelin, et les habitants de l’étrange maison que la vie n’a pas épargné, qui constitue le cœur du roman. Les événements terribles qui se jouent et les personnages atypiques rencontrés au cours de l’histoire s’organisent autour d’une véritable réflexion sur l’amour et la mort, conduisant à un final quelque peu attendu mais très émouvant.

Un roman mystérieux, une atmosphère envoûtante, des personnages travaillés… il est clair que nous avons là la recette d’un très bon roman. Nul doute qu’un autre roman de Carlos Ruiz Zafon finira par rejoindre ma PAL.

   

Livraddict-copie-1

 

Robert Laffont

 

L’œuvre en quelques mots…

 

« Nous ne nous souvenons que de ce qui n’est jamais arrivé, m’a dit un jour Marina. Il aura fallu que s’écoule une éternité pour que je finisse par comprendre le sens de ces mots. Mais mieux vaut commencer par le début, qui, dans cette histoire, se trouve être la fin.

En mai 1980, j’ai disparu du monde pendant une semaine. Sept jours et sept nuits durant, nul n’a su où j’étais. Amis, camarades, professeurs et même la police se sont lancés à la recherche de ce fugitif que déjà certains croyaient mort ou devenu soudain amnésique et perdu dans des rues mal famées. » (p.9)

 

Publié dans Littérature espagnole

Commenter cet article

Natali 19/08/2011 15:26


Je ne connaissais pas cet auteur et je suis en train de le découvrir avec "L'ombre du vent". Pour l'instant je ne suis pas déçue et même carrément sous le charme. J'ai "le jeu de l'ange" dans ma
PAL et Marina en fera bientôt partie. Merci et bisous


coxigru 02/03/2011 00:44


un livre etrange et somptueux...merci de ce partage


calypso 02/03/2011 09:07



Merci pour ta visite !



Edelwe 25/01/2011 22:33


Il faut vraiment que je découvre cet auteur!


Karine:) 24/01/2011 02:24


Je le lirai certainement, celui-ci. Mais bon, je peux attendre qu'il sorte en poche, je pense. C'est pas comme si j'avais rien à lire, hein!


Philippe D 21/01/2011 22:00


Je ne connaissais pas ce livre avant de le rencontrer sur différents blogs. J'ai bien aimé "L'ombre du vent", je lirai sans doute celui-ci.
Bon weekend.


Morgouille 21/01/2011 14:00


Encore un billet qui donne envie !! J'ai "L'ombre du vent" dans ma PAL, je sens que ce sera pour cette année... =)


Véro. 19/01/2011 21:43


Je crois que je commencerais quand même par l'ombre du vent...


Alex-Mot-à-Mots 17/01/2011 15:07


Je n'avais pas aimé plus que cela le premier (et le seul) que j'ai lu de lui, alors je passe, pour le moment.


calypso 17/01/2011 16:05



Ah ! moi qui croyais qu'il faisait l'unanimité.



charmant-petit-monstre 16/01/2011 12:00


Oui ça se passe toujours à Barcelone.


calypso 16/01/2011 18:29



Ok ! Merci !



Choupynette 16/01/2011 10:42


j'ai L'ombre du vent et le jeu de l'ange dans ma pal...


calypso 16/01/2011 11:59



Il n'y a plus qu'à...



charmant-petit-monstre 16/01/2011 10:25


Je suis tellement contente ! Un nouveau Zafon arrive !! J'espère qu'il sera aussi bon que le premier, le deuxième m'avait un peu déçu ! Apparemment il y a toujours cette ambiance gothique à
Barcelone, on sent bien la patte de C.R.Zafon !


calypso 16/01/2011 11:47



Tous ses romans se déroulent donc à Barcelone ?



Laure 16/01/2011 09:36


J'ai bien aimé même si je trouve que c'est toujours un peu la meme chose.


calypso 16/01/2011 11:45



Comme c'est le premier que je lis, je n'ai pas d'élément de comparaison.



esmeraldae 16/01/2011 08:28


j'ai bien aimé cette lecture mais beaucoup trop dur pour des jeunes.


calypso 16/01/2011 11:58



Je suis bien d'accord.



lasardine 15/01/2011 23:29


j'ai très très envie de découvrir cet auteur!! avec celui ci ou les autres qui me font tout autant envie!


calypso 16/01/2011 11:46



Ah ! Je n'étais donc pas la seule à ne pas l'avoir lu !



pimprenelle 15/01/2011 20:57


J'ai beaucoup aimé les deux autres, je crois que je vais avoir du mal à résister à celui-ci!


calypso 16/01/2011 11:40



Il sort bientôt !



DENIS 15/01/2011 20:50


j'ai noté que cet auteur est à lire surtout dans l'ambiace de Barcelone une ville de "rêve" pour moi


calypso 15/01/2011 20:53



Pour l'ambiance de Barcelone, je ne sais pas si ce roman est celui qui convient le mieux, je ne peux pas te dire, je n'ai pas lu les autres.



Irrégulière 15/01/2011 20:32


contente qu'il t'ait plu !


calypso 16/01/2011 11:39



Il ne me reste plus qu'à découvrir les autres.