Alyson Noël, Il faut sauver Zoé

Publié le par calypso

 

 

Echo a connu des jours meilleurs, et son entrée au lycée n’annonce aucune embellie… Car comment s’épanouir alors que le souvenir de sa sœur, Zoé, disparue un an plus tôt, continue de la hanter ?

Quand on lui remet le journal intime de Zoé, Echo découvre, au fil des pages, les secrets que cette dernière a toujours voulu cacher. Et, entre les lignes, le seul moyen pour Echo de se révéler…

 

Echo entre au lycée mais elle ne partage ni la curiosité ni l’excitation de ceux qu’elle a côtoyés au cours des années qu’elle a passées au collège. Elle subit plus qu’elle ne vit ce qui constitue un des grands événements de sa vie d’adolescente. Il faut dire qu’Echo a perdu sa sœur un an auparavant et que cette dernière fréquentait le lycée où elle fait son entrée. Entre des parents dépressifs qui peinent à réaliser qu’ils ont encore une fille et les regards curieux et compatissants de ses nouveaux camarades, la jeune adolescente étouffe. Elle-même peine à accepter la mort de Zoé, cette sœur qu’elle aimait tant, si belle et si intelligente. Si solaire. Si parfaite. Difficile d’être « celle qui reste », de porter le poids d’une telle disparition et d’avancer, quand on n’a que quinze ans et aucune confiance en soi…

Il faut sauver Zoé n’est pas un coup de cœur mais une lecture tout à fait agréable néanmoins. J’ai trouvé l’histoire intelligemment menée et plutôt intrigante. Nous découvrons la sensibilité et les interrogations d’Echo en même temps qu’elle découvre la face cachée de sa sœur disparue, par le biais d’un journal intime écrit par cette dernière, jusqu’aux quelques minutes qui ont précédé sa mort. Ce système narratif permet au lecteur d’être au plus près des découvertes de l’héroïne, comme penché sur son épaule, et évite tout ennui. Il ne faut pas croire, étant donné le thème abordé, que ce roman est larmoyant. Certains passages sont plus légers et nous immergent dans l’univers quotidien des lycéens : il y est question d’histoires d’amour, d’amitiés brisées, de soirées en tout genre, etc. C’est un roman sur le deuil et le chagrin, sur la difficulté qu’un adolescent peut avoir à se situer dans le monde qui l’entoure, mais c’est aussi un roman qui questionne la différence et les préjugés. Un roman sur une adolescente en souffrance mais tout à fait ordinaire qui devrait, à n’en pas douter, séduire les jeunes du même âge.

 

 

L’œuvre en quelques mots…

 

« Il paraît que le deuil est un processus en cinq étapes :

1. déni,

2. colère,

3. questionnement,

4. dépression,

5. acceptation.

Il y a encore un an, j’ignorais complètement que des spécialistes s’étaient penchés sur la question et avaient ordonné leurs résultats sous forme de liste. Cela dit, même si j’avais su, je ne me serais jamais doutée que, quelques jours avant mon quatorzième anniversaire, je me retrouverais coincée en plein dans l’étape numéro un. » (p.9)

 

Commenter cet article

Edelwe 24/07/2014 20:28

Ce roman me tente mais je garde un mauvais souvenir du style de l'auteur... J'hésite donc...

calypso 26/07/2014 11:39



Ce n'est pas une lecture prioritaire.



Merry 12/07/2014 15:48

Il me tente assez !

calypso 15/07/2014 10:04



Pas de la grande littérature, mais roman ado sympa.



Tiphanie 09/07/2014 23:02

Le sujet est tentant, je retiens!

calypso 15/07/2014 10:08



Une lecture sympa pour les ados !