Vincent et Gaël Henry, Jacques Damour

Publié le par calypso

 

 

Alors qu'il arpente les boulevards d'un Paris transformé, Jacques Damour se souvient de son ancienne vie à Ménilmontant, avant la Commune… Ciseleur sur métaux, il menait une existence simple et tranquille entre sa femme et ses deux enfants, Eugène et Louise.

Tout a basculé avec le siège des Prussiens…

 

Je n’ai pas relu la nouvelle d’Emile Zola avant de me plonger dans la lecture de cette adaptation en bande dessinée mais je crois pouvoir dire qu’elle est fidèle au souvenir que j’en ai. L’histoire est celle du héros éponyme, Jacques Damour, ancien communard déporté au bagne de Nouméa. Tandis que sa famille le croit mort, il parvient à rejoindre l’Australie puis les Etats-Unis. Lorsqu’il regagne enfin la France après de longues années d’errance, il croise la route de Berru, son vieil ami, fervent patriote, homme révolté prônant la richesse pour tous, qui l’avait convaincu à l’époque de prendre les armes. Mais Paris n’est pas exactement semblable à la ville que Jacques Damour avait laissée et, guidé par Berru, il va peu à peu découvrir les changements qui se sont opérés en son absence.

Les auteurs, Vincent et Gaël Henry, ont su rendre un bel hommage à l’histoire bien connue de ce revenant, et, à travers elle, à l’un des plus grands auteurs français : les couleurs - la palette est large - mettent en valeur le Paris de la fin du XIXe siècle tandis que le dessin, simple, je dirais presque naïf, évoque à la perfection la candeur de Jacques Damour. Beaucoup de dynamisme et de rythme dans cette BD de plus de 130 pages !

 

Merci à Babelio et aux Editions Sarbacane !

 

 

Publié dans BD

Commenter cet article