Bernard Minier, N'éteins pas la lumière

Publié le par calypso

 

 

Christine Steinmeyer croyait que la missive trouvée le soir de Noël dans sa boîte aux lettres ne lui était pas destinée. Mais l’homme qui l’interpelle en direct à la radio, dans son émission, semble persuadé du contraire… Bientôt, les incidents se multiplient, comme si quelqu’un avait pris le contrôle de son existence. Tout ce qui faisait tenir Christine debout s’effondre. Avant que l’horreur fasse irruption.

Martin Servaz, de son côté, a reçu par la poste la clé d’une chambre d’hôtel. Une chambre où une artiste plasticienne s’est donné la mort un an plus tôt. Quelqu’un veut le voir reprendre du service… ce qu’il va faire, à l’insu de sa hiérarchie et de ses collègues.

Et si nos proches n’étaient pas ce que nous croyons? Et si dans l’obscurité certains secrets refusaient de mourir ? Non, n’éteignez pas la lumière, ou alors préparez-vous au pire…

 

Par où commencer ? On m’a prêté Nuit alors que j’en étais restée à Glacé. J’ai donc lu en vitesse Le Cercle et N’éteins pas la lumière pour pouvoir enchaîner avec le dernier tome des aventures de Martin Servaz. Glacé ne m’avait que moyennement convaincue alors qu’il semble susciter un grand enthousiasme chez les lecteurs (je ne commenterai même pas la série télé qui en a découlé…). Il m’a laissé l’impression d’un roman un peu fourre-tout avec des détails complètement inutiles, concernant notamment la fille du commandant de police judiciaire, Martin Servaz. Mais bon… en lisant Le Cercle, j’ai compris que l’imbrication enquête / vie privée était la marque de fabrique de la série et j’ai plutôt apprécié le deuxième tome.

Qu’en est-il du troisième ? Eh bien, il est différent. On oublie un peu notre héros qui est fatigué, déprimé, et j’en passe, on le serait à moins étant donné les événements qui viennent clore Le Cercle. Mais, pour le coup, est-ce qu’il n’est pas un peu trop mis à l’écart, notre commandant ? On peut avoir l’impression que Bernard Minier a voulu offrir à ses lecteurs une nouvelle histoire, leur faire oublier un temps Julian Hirtmann, ancien procureur de Genève et tueur en série, quête absolue de notre héros, et, avec lui, les autres personnages plutôt attachants que sont Vincent Espérandieu et Irène Ziegler. Dans ce cas, pourquoi ne pas simplement avoir écrit un one shot ? J’ai été gênée, vraiment, par cette histoire qui offre une part belle à Christine, nouvelle héroïne persécutée, et qui délaisse tous les personnages auxquels le lecteur était habitué. On met beaucoup de temps à arriver au cœur de l’histoire, c’est long, vraiment très long. Une fois entré dans le vif du sujet, c’est mieux, beaucoup mieux, mais c’est quand même du déjà vu, non ? Je ne veux pas trop en dire pour ne pas gâcher le suspense, mais j’ai eu ce sentiment étrange d’avoir déjà lu cette histoire de femme harcelée, que personne ne croit, la nouveauté étant, bien sûr, l’évocation des spationautes, leur recrutement, leur entraînement, etc.

Alors, à la question « Oui ou non ? », je réponds « Pfff ! ». Incontournable si l’on souhaite lire la série complète et voir Martin Servaz reprendre du poil de la bête. Inutile si l’on souhaite lire un très bon thriller.

 

 

L’œuvre en quelques mots…

 

« Noir. Quelqu’un a tiré les rideaux de la chambre et éteint la lumière de la salle de bains. Elle a du mal à respirer. Sa bouche, ses narines, ses globes oculaires s’emplissent de ténèbres, comme ceux d’un noyé. Elle suffoque, elle respire les ténèbres, elle les mange ».

 

Commenter cet article

Angelilie 20/04/2017 01:35

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte et un enchantement.N'hésitez pas à venir visiter mon blog. au plaisir

calypso 20/04/2017 07:41

Merci pour cette visite !